Mon inspiration pour...

Avant elle

« Aimer une personne, c’est pouvoir se réjouir de son existence », dit le philosophe Comte-Sponville. Comprenons ici que « se réjouir », c’est-à-dire « éprouver de la joie », va bien au-delà de la simple satisfaction d’un besoin, d’un manque. « La joie est la manifestation de notre puissance vitale, de notre consentement à la vie », dira à son tour le philosophe Frédéric Lenoir. « Éprouver de la joie » est une expérience qui appartient à chacun en propre : contrairement au bonheur, qui est souvent fortuit, circonstanciel, la joie nous vient surtout de notre angle de vue sur les choses, sur la vie. Ainsi, se réjouir, c’est pouvoir dire : « j’éprouve une joie à vivre ma vie » et se réjouir de l’existence de l’autre, c’est pouvoir dire : « j’éprouve une joie à vivre ma vie, et plus encore parce que tu en fais partie! ». 

Si je ne peux me réjouir de l’existence de cet autre à qui je donne une place dans ma vie, je devrai d’abord m’interroger sur ma propre capacité à me réjouir : suis-je seulement capable d’aimer ma vie ou suis-je plutôt dans un état constant d’insatisfaction, espérant toujours mieux, toujours plus? Ou encore m’interroger à propos de la place qu’occupe cet autre dans ma vie, car j’ai pu le désirer ou aimé être désiré par lui, j’ai pu, par sa présence, combler un manque, apaiser des blessures, mais puis-je maintenant l’aimer tel que je le découvre? Puis-je être aimé par lui tel que je suis, tel que je deviens?  

Je peux évidemment me refuser à tout questionnement et tenter plutôt de « changer l’autre », de le « contrôler » pour qu’il corresponde à mon désir, pour qu’il se modèle à mes attentes. Dans cette voie, pourtant fréquemment empruntée, c’est l’impasse assurée!

Advient-il toujours cet amour qui est réjouissance? Et s’il advient, comment donc? Pourquoi donc? Enfance heureuse? Optimisme naturel? Travail sur soi? Chance? Sagesse acquise avec l’âge? Je ne saurais dire…  

Si vous pouvez aujourd’hui vous réjouir de l’existence de votre amoureux, de votre amoureuse, c’est que l’amour est là! Alors, oubliez cette longue formule philosophique et dites tout simplement : je t’aime! Saint-Valentin ou pas!