39714212_s.jpg

Un oiseau dans ma cour

Ces paroles inspirées de lectures, de rencontres, de réflexions et de sa propension à jeter un regard critique sur la société qui l'entoure, Guy les offre aux créateurs de musique à la recherche de textes significatifs.

« La chanson… c’est un vivant petit oiseau sensible et intelligent dont l’univers est la cour, il connaît et ressent tout mais en petit, c’est très parent avec le conte et la fable. » – Félix Leclerc

La petite bonté

Dans mon article intitulé L’amour et son petit lexique, je vous ai parlé de cet amour universel que les Grecs appelaient l’agapè, un amour bien loin de celui auquel nous faisons référence la plupart du temps. Il s’agit de cet amour « gratuit, qui est pure douceur et qui se vit dans l’oubli de soi », nous dit le philosophe Comte-Sponville. J’ai écrit ce texte intitulé Aimer en pensant à tous ceux et celles qui donnent le meilleur d’eux-mêmes pour aider les autres « sans motif, sans intérêt, et même sans justification » pour reprendre encore les termes du philosophe. Je pense notamment à des gens comme Gilles Kègle, celui qu’on appelle « l’infirmier de la rue », qui œuvre auprès des plus démunis du quartier St-Roch à Québec. Je pense à tous ces gens qui nous rappellent que c’est dans sa « petite bonté » que l’homme exprime réellement son humanité.

 

« La petite bonté », c’est le titre d’un texte de l’essayiste Bernard Émond paru dans la revue Relations en décembre 2013 et réédité en 2017 dans son magnifique petit bouquin intitulé Camarade, ferme ton poste - et autres textes (quel beau livre! soit dit en passant). Qu’est-ce donc que « la petite bonté »? Que peut-elle pour nous?

 

Émond traite de cette idée en faisant référence aux réflexions de l’un des personnages du roman Vie et Destin de Vassili Grossman, roman vu comme l’un des plus grands livres du siècle. Ce personnage, Ikonnikov, vit l’horreur des camps de concentration et, à travers ses dialogues avec ses camarades prisonniers, il s’interroge sur ce qu’est le bien. Il constate que l’idée de bien est variable selon les points de vue et il réalise surtout que cette idée dévie souvent de sa trajectoire lorsqu’elle est érigée en système. C’est ainsi que le christianisme, doctrine de paix et d’amour, a fini par aboutir à des guerres de religion, que le communisme, idée généreuse, est devenu dictature, etc. Mais à côté de ce « grand bien » qui finit par faire plus de mal que de bien, il y a justement « la petite bonté » qui, elle, demeure invincible. L’auteur du roman la décrira comme suit :

« Il existe, à côté de ce grand bien si terrible, la bonté de tous les jours. C’est la bonté d’une vieille qui, sur le bord de la route, donne un morceau de pain à un bagnard qui passe, c’est la bonté d’un soldat qui tend sa gourde à un ennemi blessé, la bonté de la jeunesse qui a pitié de la vieillesse, la bonté du paysan qui cache dans une grange un vieillard juif […] ». 

« Cette bonté privée d’un individu à l’égard d’un autre individu est une bonté sans témoins, une petite bonté sans idéologie. On pourrait la qualifier de bonté sans pensée. La bonté des hommes hors du religieux et du social. Mais, si nous y réfléchissons, nous voyons que cette bonté privée et occasionnelle, sans idéologie, est éternelle […] ». *

*Tiré du texte « La petite bonté », du livre de Bernard Émond mentionné plus haut, publié chez Lux – Lettres libres.

Aimer

Il marche dans la rue

Regarde les visages

Des visages perdus

Dans leur peine, leur rage

Le voilà qui s’émeut

Devant ces corps qui tremblent

L’amour vit dans ses yeux

Bien plus que dans les temples

 

Aimer, aimer, encore aimer

Aimer, aimer, toujours aimer

 

Il marche dans la rue

Regarde vers le ciel

Les étoiles ne sont plus

Que de petites chandelles

Mais lui, le cœur ouvert

Amoureux de la vie

Se nourrit des lumières

De ses pas affranchis

 

Aimer, aimer, encore aimer

Aimer, aimer toujours aimer

 

Il marche dans la rue

Surgit comme un soleil

Éveille de sa venue

Des bonheurs qui sommeillent

Il tient l’humanité

Pour la plus haute valeur

Et ne veut exister

Que s’il réchauffe les cœurs

 

Aimer, aimer, encore  aimer

Aimer, aimer, toujours aimer

© L’utilisation des textes se fait avec la permission de l’auteur.
Veuillez écrire à Guy Pilote à pilote.guy@gmail.com.
TEXTE PRÉCÉDENT.jpg
Un oiseau dans ma cour vignette.jpg