39714212_s.jpg

Un oiseau dans ma cour

Ces paroles inspirées de lectures, de rencontres, de réflexions et de sa propension à jeter un regard critique sur la société qui l'entoure, Guy les offre aux créateurs de musique à la recherche de textes significatifs.

« La chanson… c’est un vivant petit oiseau sensible et intelligent dont l’univers est la cour, il connaît et ressent tout mais en petit, c’est très parent avec le conte et la fable. » – Félix Leclerc

Les yeux sont trop bavards

Vous tentez peut-être de trouver l’âme sœur au moyen d’une « application » conçue à cette fin? Ces nouveaux outils facilitent certainement la prise de contact, mais la rencontre, elle, demeure toujours soumise aux règles de jeu habituelles : affinité, désir, appel d’un amour possible doivent être au rendez-vous, sans quoi la vérité finit par s’imposer d’elle-même et, souvent, dès les premières minutes de la rencontre. Les yeux sont généralement les premiers lanceurs d’alertes, ce qui nous fait dire, à juste titre, que le regard ne ment pas… 

Voici un texte qui décrit une situation dont j’ai été témoin dans un café : deux jeunes soupirants se rencontrent grâce à l’utilisation des réseaux sociaux; d’abord nourris d’espoir, ils seront bientôt plongés dans une amère déception. 
 

Les yeux sont trop bavards

Ils se pointent à l’entrée

Se cherchent l’un et l’autre

Commandent un café

S’assoient puis se vautrent

Ils se sont rencontrés

Sur les réseaux sociaux

Nouvelle réalité

Beaux profils, belles photos

 

Sont tout en courtoise

Sont tout en gentillesse

Épatent la galerie

Évitent la controverse

Elle lui parle de la vie

Et lui de ses prouesses

Amusante comédie

Avenir sans promesses

 

Les yeux sont trop bavards

Ils disent tout sans détour

Plus encore, plus encore

Quand ils parlent d’amour

 

Devant le ridicule

S’impose la prudence

Ils cherchent la formule

Pour taire ce qu’ils pensent

Font de savants calcules

Sauvent les apparences

Mais leurs yeux incrédules

Admettent l’évidence

 

Voilà que discrètement

Elle regarde sa montre

Et lui presque content

Ne perd pas une seconde

De la main qu’il lui tend

Il met fin à la ronde

Sonne encore le temps

D’un espoir qui s’effondre

 

Les yeux sont trop bavards

Ils disent tout sans détour

Plus encore, plus encore

Quand ils parlent d’amour

© L’utilisation des textes se fait avec la permission de l’auteur.
Veuillez écrire à Guy Pilote à pilote.guy@gmail.com.
TEXTE PRÉCÉDENT.jpg
Un oiseau dans ma cour vignette.jpg