39714212_s.jpg

Un oiseau dans ma cour

Ces paroles inspirées de lectures, de rencontres, de réflexions et de sa propension à jeter un regard critique sur la société qui l'entoure, Guy les offre aux créateurs de musique à la recherche de textes significatifs.

« La chanson… c’est un vivant petit oiseau sensible et intelligent dont l’univers est la cour, il connaît et ressent tout mais en petit, c’est très parent avec le conte et la fable. » – Félix Leclerc

Jour et nuit

C’est avec ce texte que je mets fin aujourd’hui à la chronique Un oiseau dans ma cour. Merci à tous mes lecteurs, merci au Nénuphar.

 

 

Nous sommes faits d’ombre et de lumière, mais nous aimons bien croire que seule la lumière nous définit. Entendons par « lumière », ce côté reluisant qui suscite l’approbation des autres ou qui répond aux normes de ce « petit juge » qui vit en chacun de nous. 

 

L’ombre, elle, c’est cette partie de notre personnalité que nous nous refusons à nous-mêmes, souvent parce que nous avons compris qu’il valait mieux la réprimer pour ne pas perdre l’affection des personnes importantes dans nos vies (menace plus souvent imaginée que réelle, mais c’est ainsi!). Cette partie de nous-mêmes, nous avons appris à la juger « inférieure » ou « négative » et, pour nous en défendre, pour éviter de la regarder en face, nous l’enfouissons dans la nuit de notre être, estimant qu’elle ne mérite pas de vivre au grand jour. Par un mécanisme de clivage, nous instaurons en nous un mur séparateur qui définit ce que sera, d’un côté, le bon gars, la bonne fille, et de l’autre, le méchant, la méchante. C’est ce qui se trouve de l’autre côté du mur, l’inacceptable à nos propres yeux, qu’on appelle « l’ombre ».

 

Cette ombre, qui demeure souvent inconsciente (à moins que nous nous efforcions de perforer le mur), nous avons tendance à la projeter sur les autres (ils sont comme-ci, ils sont comme ça, mais nous, jamais!). Ce principe de projection, que nous croyons comprendre depuis peu grâce à la psychologie moderne, est pourtant compris depuis longtemps, et il est d’ailleurs présent dans plusieurs textes appartenant à la tradition philosophique et à la tradition religieuse. On a qu’à penser à la parabole de la poutre et de la paille : il est plus facile de voir la paille dans l’œil de l’autre que la poutre dans notre propre œil.

 

Essayez de vivre sans jamais prendre conscience de votre ombre et vous vous verrez pris d’un mal-être (ennui, angoisse) voire d’un malaise (ce que Freud appelait la névrose). Être ou paraître? Le texte suivant énonce ce dilemme.

Jour et nuit

Il est vrai qu’être

Peut mal paraître

Mais l’ennui

C’est qu’à ne paraître

Je m’ennuie

Quelle vie

Quand on s’ennuie!

 

Sans nuit

Sans l’ombre d’une nuit

N’affichant que figure

Du meilleur de mes jours

Refusant les aveux

De mon cœur malheureux

Qui sans cesse se défile

Alors que se faufilent

De si sombres envies

Dans l’épaisse fêlure

De mes brillants discours

 

Que vienne la nuit

Que vienne la vie

La vie vraie

Avec son blé et son ivraie

© L’utilisation des textes se fait avec la permission de l’auteur.
Veuillez écrire à Guy Pilote à pilote.guy@gmail.com.
TEXTE PRÉCÉDENT.jpg
Un oiseau dans ma cour vignette.jpg