du_maghreb_au_manitoba_v3.jpg

Le ramadan au Manitoba,
entre hier et aujourd’hui…

Sarah.jpg

Quand es-tu arrivée au Manitoba Lynda?

Je suis arrivée au Manitoba le 13 décembre 2003 en plein hiver, dans le cadre d’un regroupement familial. Mon mari Ayache était établi à Winnipeg et travaillait déjà comme entraîneur d’escrime et arbitre international depuis 2003. Il avait décroché ce travail à Winnipeg après être resté plusieurs années à Montréal.

Le jour de mon arrivée ici, il faisait -50 °C, je me suis brûlé les joues et les cuisses juste en marchant trois minutes, cette expérience a été extrêmement pénible et traumatisante pour moi.

En 2004, j’ai eu Zakaria mon premier garçon, c’était une expérience pénible aussi, car j’ai dû passer presque toute l’année seule, Ayache avait beaucoup de déplacements, à raison de deux par mois… 

En 2006, j’ai eu Meriem, mon unique fille et en 2010 Yassine, mon benjamin.
 

drapeau Maghreb francophone.jpg
Sarah.jpg

Parle-nous du ramadan au Manitoba d’il y a 18 ans.

Nous étions très peu nombreux à Winnipeg, je dirai même que nous nous comptions sur le bout des doigts d’une seule main puisqu’il n’y avait que cinq familles algériennes.

Nous commencions à préparer le ramadan comme on le faisait dans notre pays : acheter des choses spéciales pour les transformer en succulents mets par la suite, faire le grand nettoyage de la maison et compter les jours. Nous avions gardé les mêmes traditions qu’en Algérie.

Quand je suis arrivée ici, aucun magasin ne vendait de denrées algériennes, mon mari ainsi que mon frère m’en ramenaient de Montréal.
 

drapeau Maghreb francophone.jpg
Sarah.jpg

Parle-nous du ramadan au Manitoba aujourd’hui.

La différence est flagrante! À présent, nous avons l’embarras du choix. Il est vrai qu’il y a des choses qui demeurent introuvables, mais disons qu’on en trouve la plupart. À l’époque de mon installation, il y avait une seule boutique halal, contrairement à aujourd’hui où l’on en trouve partout, même les grandes surfaces s’y mettent.

drapeau Maghreb francophone.jpg
Sarah.jpg

Est-il difficile de jeûner au Canada?

Au début de mon jeûne, mon mari finissait de travailler à 22 h et, malgré que la rupture du jeûne soit bien avant, je l’attendais pour manger.

Je devais aussi m’occuper de mes trois enfants. J’ai fait beaucoup de sacrifices pour veiller sur eux et les combler d’amour et d’attention, malgré l’emploi du temps chargé de mon mari et ses obligations professionnelles.

Ces conditions-là rendaient ce devoir sacré difficile, mais j’ai tenu le coup.
 

drapeau Maghreb francophone.jpg
Sarah.jpg

Décris-nous une journée typique pendant le ramadan.

Vu que je suis Algéroise¹, je dirai que pour le repas de la rupture du jeûne, c’est du bourek, du chorba frik, de l’iham lahlou, et comme deuxième plat, du mtewem chtitha au poulet, en variant entre sauces blanche ou rouge, plus une salade. Nous rompons toujours le jeûne par des dattes en quantité impaire et du lben (petit lait).

 

Pour la soirée c’est souvent des desserts traditionnels : mhalbi (crème au riz), kalb louz, flan nouara et bien sûr l’incontournable thé à la menthe en regardant un programme de la télévision algérienne, c’est aussi sacré que le ramadan pour nous.

 

Pour le sahur (repas de l’aube), on se réveille avant l’aube pour manger soit du mesfouf (couscous) avec du zbib (raisins secs) et du lben.

PHOTOS DE lYNDA

Bourek
Chorba frik
Mhalbi
Tablée de mhalbi
Kalb louz
Iham lahlou
Tablée
Lynda et Meriem
Toute la famille
Sarah.jpg

Est-ce que tu arrives à reconstituer l’ambiance du ramadan algérois ici à Winnipeg?

Avant non, mais maintenant que mes enfants ont grandi oui, j’arrive à ressentir cette ambiance même si ce n’est pas tout à fait pareil qu’en Algérie. 

Je fais de mon mieux pour suivre les traditions, c’est primordial pour moi, je les transmets comme je peux à mes enfants.

J’essaye aussi de rester le plus proche possible de ma famille. Avant, j’appelais tous les jours au moment de la rupture du jeûne pour dire saha ftorkom², surtout pour mon père – paix à son âme –  et ma mère.

Quand les enfants jeûnent pour la première fois à cette date-là, on leur fait un repas très spécial juste pour eux, tout ce qu’ils aiment sans exception et on leur donne de l’argent pour les encourager. 

À la dernière semaine du ramadan, commencent les préparatifs de l’Aïd³ qui sont marqués par les fameux gâteaux traditionnels, un pur délice. Nous achetons aussi des vêtements pour les enfants afin qu’ils les portent le jour de fête.

Il y a une nuit qu’on appelle lilat 27 qui est vraiment sacrée pour tous les musulmans du Maghreb, c’est la nuit du miracle Laylat al-Qadr.

Il y a aussi la cérémonie du henné la veille de l’Aïd, les enfants attendent cela avec impatience.

Pour ce qui est des rituels spirituels, nous prions salat al Maghreb jama’aa à la maison et faisons salat tarawih chez nous aussi, en famille. Nous récitons le Coran tout au long du mois. J’ai fait en sorte que mes enfants apprennent l’arabe rien que pour lire et apprendre le Coran. 

Saha ramdankoum! 

PHOTOS fournies par D'autres maghrébines du manitoba

Photo d'Imane
Photo d'Imane
Photo d'Imane
Photo d'Imane
Photo d'Imane
Photo d'Imane
Photo d'Imane
Photo de Rachida
Photo de Hind
Photo de Dounia
Photo de Dounia
Bourek - photo de Rym
09-Amel Belkhodja
6-20210331_151531
Kalb louz - photo de Rym
mesfouf avec zbib et lben - photo de Rym
Chorba frik - photo de Rym

¹ Algéroise = qui vient de la ville d’Alger; Algérienne = qui vient du pays l’Algérie

² Saha (ftorkom ou ftourkoum) = bonne rupture de jeûne!

³  Aïd signifie « fête » en arabe. L'Aïd el-Fitr « la fête de la rupture » célèbre la fin du jeûne du mois de ramadan.

⁴ Lilat 27 = la 27ᵉ nuit du mois de ramadan

⁵ Laylat al-Qadr = la nuit considérée « la nuit du destin » où le Coran a été révélé à Mahomet par l’ange Gabriel.

⁶ Salat al Maghreb jama’aa = prières en congrégation

⁷ Salat tarawih = prières quotidiennes du soir propre au mois de ramadan

⁸ Coran = texte sacré de l'islam, la religion des musulmans

⁹ Saha ramdankoum = bon ramadan

Liste de tous les articles de.jpg