Sainte-Anne-des-Chênes, Manitoba

Mai 2020

Attendre ou vivre?

 

On passe beaucoup de temps à attendre, dans une vie. Tout jeune, déjà, on entre dans ce scénario d’attendre pour quelque chose d’autre, quelque chose… de plus. On attend de commencer l’école, puis les vacances; on attend d’avoir un emploi, puis les promotions, puis la retraite; on attend l’amour, de se marier, puis d’avoir des enfants; parfois, on continue d’attendre de vivre jusqu’au moment de notre mort.

Mais parfois aussi, si on est chanceux, mais surtout si on travaille sur nous-mêmes, on apprend à vivre au lieu d’attendre.

 

La situation dans laquelle nous nous sommes retrouvés ces derniers mois, à devoir s’isoler, à réduire ou même cesser la plupart de nos activités, est le genre d’occasion en or pour apprendre à vivre, loin de nos « bruits » habituels. Avez-vous pu utiliser ce temps à bon escient[1]? À jouir du présent, à vous resituer, à vous recentrer, à évaluer vos objectifs de vie, à construire?

Ou avez-vous passé ce temps à attendre…? Comme lorsque le Titanic a sombré : « […] les autres, les sept cents qui avaient pu partir à bord des canots n'avaient plus rien d'autre à faire qu'attendre. Attendre de mourir, attendre de vivre, attendre une solution qui ne viendrait jamais... »[2].

Plusieurs personnes ont utilisé ce temps pour créer des choses formidables, comme cette chanson du Chœur virtuel de l’Acadie que je vous invite à écouter : Partons la mer est belle.

Le Nénuphar en a profité pour débuter une chronique d’aide au développement personnel, Vers l’épanouissement. 

Et vous?

 


 

 

 

[1] Cette expression est étroitement liée au verbe latin scire qui signifie « savoir ». En effet, elle suggère que l'on agit en connaissance de cause. (Source : L’Internaute)

 

[2] Expression tirée du film Titanic (Source : Le Parisien)

 

Vos idées et commentaires sont les bienvenus pour faire de ce magazine un endroit agréable à consulter. Ne vous gênez surtout pas d’écrire à :

editeur@magazinelenenuphar.com

Liste_de_tous_les_éditos.jpg