Sainte-Anne-des-Chênes, Manitoba

Novembre 2021

Célébrer les vivants

 

Il y a deux ans, j’abordais le sujet de la mort dans l’éditorial de novembre. J’y parlais de l’importance de profiter du moment présent… et je ne sombrerai pas dans la complaisance de me référer à mes propres écrits, mais je ressens encore le besoin de célébrer la vie en ce début du mois des morts.

Depuis cet écrit, je déplore le décès de quelques personnes proches, dont une on ne peut plus proche, ma maman. Le mois des morts prend donc une tout autre importance pour moi cette année et non seulement me confirme dans mon désir de profiter du moment présent, mais m’exhorte à profiter davantage des vivants.

 

Mathilde en sait quelque chose, elle qui pleure la mort de sa propre maman dans Exprimer l’indicible et qui décide de « […] profiter de tout ce que je rencontrerai sur mon chemin : un mot, un paysage, un visage, un être, une relation, un amour… ».

 

La vie est si fragile et imprédictible qu’on ne doit pas laisser de place à la mesquinerie, l’envie, la rancœur, la jalousie, à toutes ces émotions négatives et souvent mal placées qui sont la source de disputes entre amis ou membres d’une même famille. D’ailleurs, connaît-on toujours les vraies raisons de ces émotions qui finissent par occuper une place démesurée dans notre vie et nous éloignent du but ultime de notre existence : s’élever au-delà de notre ego pour atteindre un état de connexité avec la joie simple et profonde de l'Être.

 

Il ne faut pas attendre de perdre quelqu’un et se consumer ensuite en regrets de n’avoir pas joui au maximum de la présence de cette personne dans notre vie, de ne pas avoir entretenu la meilleure relation possible avec elle. Faisons de ce mois des morts, le mois des vivants dans notre vie!

P. S. - Parmi les vivants à célébrer, il y a les immigrants francophones! Et, dans le cadre de la Semaine nationale de l’immigration francophone, Le Nénuphar a aménagé un espace pour des artistes manitobains : Regards d'ailleurs

Vos idées et commentaires sont les bienvenus pour faire de ce magazine un endroit agréable à consulter. Ne vous gênez surtout pas d’écrire à :

editeur@magazinelenenuphar.com