À l’aube de 2007, année des 18 ans d’Élianne, la vie est belle. Elle étudie en bio-écologie et se dirige en biologie marine. Elle est athlète en vélo de montagne, a un amoureux et part pour le Mali visiter son frère et sa famille... Élianne est heureuse. Jusqu’à la journée fatidique où sa vie bascule.

Les textes de cette chronique proviennent d'extraits de courriels envoyés à la famille par Jocelyne, sa maman. L’histoire d’Élianne m’a bouleversée et je voulais vous donner la chance de la lire. Pour vous faire connaître un peu Élianne, nous avons débuté cette chronique dans le numéro de mai 2017 par son voyage au Mali avec Jocelyne. Nous vous recommandons cette lecture préalable. MISE EN GARDE : certaines images et textes peuvent heurter la sensibilité des personnes non averties.

Les voyages, une excellente thérapie

11 avril 2008

 

BONJOUR TOUT LE MONDE,

 

Il semble que le printemps se laisse désirer, quelques brins de soleil ici et là et voilà que la schnoute sera encore au rendez-vous ce soir. Chez nous, on sera enterrés jusqu'en juin, je crois bien. Heureusement, Gilbert a pelleté toute la galerie, je peux donc entretenir mon bronzage et étendre mon linge dehors!

 

Parlant de bronzage, on a fait un super beau voyage… qui a fait ben du bien à mon cœur de mère. Après un départ épique, 30 heures de retard et non pas à cause de la tempête, mais bien de l'incurie de CanJet, nous sommes finalement partis et immédiatement après le décollage, je me sentais en vacances.

 

La première journée, Élianne était un peu « perdue », on voyait bien qu'elle avait ben de la misère à interpréter son environnement, mais dès le deuxième jour tout était correct, même si elle n'a jamais réussi à s'orienter assez pour aller seule de la chambre à la plage. On avait trouvé un petit coin à notre goût sur la plage, avec palapas et tout, un peu plus loin de la partie « animée » et donc plus tranquille. Élianne a marché dans le sable avec de l'aide, et même des petits bouts sans aide, elle a nagé, avec l'aide d'une petite ceinture flottante, elle a fait de l'apnée, elle a monté et descendu des escaliers, fait de la marchette, pratiqué la canne, bref elle a bougé en masse. Elle était tellement fatiguée, elle a repris son beat normal pour elle (qu'elle n'avait pas repris depuis l'accident), c'est-à-dire se lever à 10 h – 11 h!!!

 

On en a profité pour faire une excursion « jeep safari » et Élianne a particulièrement apprécié cette journée-là, le tour en petit bateau sur une rivière, même si ce fut quelque peu « périlleux » de la faire monter « dans » le bateau! Gilbert et moi avons passé une belle journée aussi à découvrir La Havane, c'est vraiment une belle vieille ville coloniale, pendant que Nico, Renaud et Cynthia s'occupaient d'Éli. Élianne s'est fait chum avec les gars de l'orchestre du bar, ils la trouvaient pas mal à leur goût et lui ont même consacré une chanson intitulée Élianne!!!

Il a fait beau et chaud tout le long, on a vraiment profité de ces moments, bienvenus après tout ce qu'on a vécu ces derniers mois. Élianne dit qu'elle a fait tellement de progrès là-bas (et c'est vrai) que la SAAQ devrait lui payer des voyages puisque c'est aussi bon que ses thérapies au centre!!! Elle a toujours son bon sens de l'humour. Ce voyage a beaucoup influencé son moral, elle dit être encore plus consciente de sa chance d'être en vie, elle dit qu'elle est comme le Christ, « ressuscitée »!!! Et son nouveau slogan est celui du Che « HASTA LA VICTORIA SIEMPRE », je lui ai dit que finalement ça voulait dire : JUSQU'AU BOUTTE!!!

 

Depuis notre retour, on a repris notre petite routine, Élianne passe ses semaines au centre et ses week-ends avec nous. Elle passe même maintenant une soirée par semaine sans visiteurs afin de gagner encore en autonomie, ce qu'elle fait très bien. À son retour là-bas, elle s'est réorientée très vite, reconnaissait son monde et s'est très vite retrouvée dans sa routine. Le voyage, et probablement le fait d'être ballottée par la mer, a amené son cerveau dans une nouvelle étape de son développement, elle est redevenue capable de se tourner du dos au ventre. Cela peut sembler banal, mais c'est une grosse étape. Elle peut aussi se mettre à quatre pattes quand elle est sur le ventre, et toutes ces positions aideront son cerveau à se reprogrammer.

 

On a fait les suivis demandés à l’hôpital du Sacré-Cœur. En pneumologie, Dʳ Choinière était bien contente : quelques traces à peine visibles de cicatrices et son poumon gauche a repris du volume. En ophtalmologie, les yeux sont corrects et son champ visuel s'est bien amélioré, et devrait continuer de le faire. Comme d'habitude, Élianne a fait sensation parmi le personnel. On a rencontré les D   Bernard, Rico, Marsolais et Bellemare et ils étaient tous ébahis par elle. Le Dʳ Bernard en avait les larmes aux yeux quand elle leur a dit combien elle était contente d'être en vie. Il faut dire qu'on avait volontairement abandonné le fauteuil roulant ce jour-là et qu'elle marchait juste avec sa marchette, ce qui les a pas mal impressionnés. On a convenu qu'on irait un bon jeudi, jour de réunion où ils sont tous présents. Le Dʳ Bellemare l'a même remercié, il lui a dit que cela lui faisait du bien de la voir, qu'il avait un cas difficile ce jour-là, avec oscillateur comme elle avait eu, et que de la voir l'aidait à se rappeler pourquoi il travaille!!!

 

Côté mémoire, elle en regagne tranquillement même si cela reste, à mon sens, le plus gros problème. Elle est de plus en plus consciente qu'elle a un gros manque à ce niveau, elle utilise maintenant régulièrement son agenda pour écrire ce qu'elle fait. Cela la dérange beaucoup de ne plus se rappeler ce qu'elle a dit ou ce qu'on lui a dit, tellement qu'elle commence à moins chercher les contacts avec les autres patients au centre, car elle est plus consciente de ses lacunes.

 

Dernièrement, elle a aidé Serge pour les inscriptions du club de vélo et comme j'étais présente avec elle, cela nous a donné l'occasion de rencontrer plein de monde. Entre autres, un père qui inscrivait ses petits s'est présenté à nous, il est médecin et était à l'urgence lors de l'admission d'Élianne à Saint-Jérôme. Ça m'a fait tout un choc de rencontrer quelqu'un qui l'avait vu dans ces premiers moments d'horreur!!!

 

Ces jours-ci d'ailleurs, je suis pas mal dans le « souvenir » puisque je commence à penser à ce que je vais dire au juge lors de la comparution du 14 mai. Je revis tous ces moments et même si ce n'est pas drôle, c'est une étape à franchir et on sera bien contents quand tout cela sera derrière nous. J'appréhende bien sûr pas mal cette journée qui sera riche en émotions de toutes sortes.

 

Prochaine réunion avec les thérapeutes pour le plan d'intervention le 1 ͤ ʳ mai, on aura alors une idée de quand Élianne sortira de l’Hôpital général juif pour continuer sa réadaptation en externe au Bouclier.

 

Pour l'instant, ce qu'elle désire le plus c'est... sortir! On la retrouve bien là, toujours sur une patte et sur l'autre. Avec Nico et des amies, elle est retournée au cinéma pour la première fois cette semaine, elle a pu me raconter un peu l'histoire du film le lendemain! Elle aime bien aussi aller au resto et ira voir en mai les spectacles de ses amies qui font du théâtre à Lionel-Groulx, et on retournera aussi à Sherbrooke.

 

Je vous redonnerai des nouvelles en mai, mais vous recevrez prochainement l'invitation officielle pour la fête du 1er juin, à mettre à vos agendas si ce n'est pas déjà fait!!!

 

À bientôt,

 

xxx Jocelyne

rs

Liste de tous les articles.jpg