À l’aube de 2007, année des 18 ans d’Élianne, la vie est belle. Elle étudie en bio-écologie et se dirige en biologie marine. Elle est athlète en vélo de montagne, a un amoureux et part pour le Mali visiter son frère et sa famille... Élianne est heureuse. Jusqu’à la journée fatidique où sa vie bascule.

Les textes de cette chronique proviennent d'extraits de courriels envoyés à la famille par Jocelyne, sa maman. L’histoire d’Élianne m’a bouleversée et je voulais vous donner la chance de la lire. Pour vous faire connaître un peu Élianne, nous avons débuté cette chronique dans le numéro de mai 2017 par son voyage au Mali avec Jocelyne. Nous vous recommandons cette lecture préalable. MISE EN GARDE : certaines images et textes peuvent heurter la sensibilité des personnes non averties.

On ne peut sortir le vélo de la fille

Dimanche 9 mai, 6 h : Je me souhaite une bonne fête des Mères, vous serez d'accord que je le mérite (!) et même si vous lirez ceci plus tard je vous la souhaite bonne à vous aussi, toutes celles pour qui vos enfants prennent une si grande place dans vos vies et dans vos cœurs de mamans. Tout est blanc dehors ce matin, quel contraste avec dimanche dernier où je me suis « saucée » dans la piscine (à 14 °C) après le spa et suis restée dehors à siroter un petit rosé!!! Brunch prévu ce midi chez ma sœur Francine, on retournera Fabi à ses parents. Mot d'enfant : « Ben non Gilbert, tu peux pas écouter un film, tu vas t'endormir DEVANT le salon », par Fabi à Gilbert hier soir!!! Autre petite finesse qui nous montre toute la subtilité de cette enfant : « Tu sais Jojo, Élianne et moi ON NE T'A PAS FAIT de carte pour la fête des Mères »!!!

Fabiola et sa marraine - juillet 2009.JP

AUTOMNE 2009

Nous avons bien profité de cet automne si doux pour prolonger la baignade et Élianne a repris ses thérapies en externe au Bouclier de Saint-Jérôme, thérapies que nous avions interrompues pour juillet-août, histoire de faire une petite pause dans un horaire très chargé. Les thérapeutes ont trouvé qu'Élie avait fait beaucoup de progrès durant cette pause.

séance au CHUL-juillet 2009.JPG

En septembre nous avons eu la chance de vivre une belle expérience, nous avons enregistré une émission avec Josélito Michaud, « On prend toujours un train pour la vie ». J'avais été approchée durant l'été par Yannick, la recherchiste (qui est depuis devenue mon amie, une belle rencontre), et nous avons accepté. Ce fut vraiment très agréable, toute l'équipe était très attentionnée, très respectueuse. Nous avons été reçues à Sherbrooke, souper (Élianne en a profité pour aller manger avec son amie Roxou), nuit à l'hôtel, séance de « ponponnage » le matin, trajet de train, dîner à bord, etc. Je vous avertis tout de suite, ceux qui me connaissent bien vont probablement me trouver fort tranquille, mais c'était très volontaire, Élianne et moi, on s'était dit que l'on devait faire attention à ne pas se couper la parole et à ne pas « s'obstiner », donc, vous verrez bien le résultat. De toute façon, je n'ai aucune idée de ce qu'ils auront gardé ou pas au montage, ce sera une surprise pour nous aussi. Un des caméramans a dit à Élie que ses yeux ressortaient tellement bien à l'écran qu'elle serait inondée d’appels téléphoniques de jeunes hommes!!! L'émission est programmée pour le dimanche 15 août, ce sera à vérifier.

En septembre aussi, Élianne a « participé » à deux petites courses de vélo!!! Mettons que c'était un peu arrangé avec le gars des vues. En effet, Serge lui avait fait un petit circuit pour un contre-la-montre contre... elle-même. Ce fut un très beau moment quand elle roulait et que tout le monde l'encourageait. Quelques larmes dans tous ces visages émus, tous ceux qui savent d'où elle est partie... Élianne a bien aimé malgré une chute qui a plongé tout le monde (moi y compris) dans quelques moments d'angoisse, surtout après avoir vu que le casque était cassé!

coupe Merrel au Far Hills - septembre 20

En octobre, nous avons souligné les 10 ans du Club de vélo avec tout le groupe et rendu hommage à Serge. Élie a tenu à lui faire graver une plaque « Le meilleur coach au monde », petit rappel d'une blague entre eux quand elle était à l’Hôpital général juif. Il l'a bien mérité, il lui donne tellement d’encouragement. Elle a encore fait pleurer quelques personnes en récitant un petit texte que nous avons écrit ensemble, un texte pour dire qu'elle ne lâchera pas!!! 

Sur ma route, un soir de mai.
Je t’ai rencontré, toi, la femme qui boit.

J’ai perdu ma tête, j’ai perdu mon amour… et ma vie.

Comme le roseau, je plie et je me couche au sol.
Mais je me relève, la tête haute.
Et je défie tous les oiseaux de malheur qui me disent :
« Tu es une TCC, tu es condamnée! »

Je marche et je marcherai.
Je roule et je roulerai.
Je retrouverai ma vie et ma liberté.
Et un jour, mes pas me conduiront de nouveau sur le chemin des écoliers.

Par Élianne et Jocelyne Parent – octobre 2009

Pendant l'automne, j'ai aussi eu à faire quelques démarches moins intéressantes. En prévision du fait qu'Élianne recevra cette année un bon montant de la SAAQ en « compensation » des séquelles, on devait demander à quelqu'un de faire une évaluation pour une éventuelle tutelle ou curatelle, c'est maintenant une exigence de la SAAQ, car certaines personnes se sont fait littéralement dépouiller par leur famille. Finalement, tout s'est déroulé comme je le désirais, nous avons eu un conseil de famille (famille élargie) avec Élianne et la notaire. Le conseil de tutelle et la tutrice (moi) ont été nommés. Nous avons fait nos recommandations pour le juge et je suis bien contente qu'il ait approuvé nos choix. Je désirais que tout cela soit le moins contraignant pour Élianne et lui laisse le pouvoir de décider tout en la protégeant. Comme la travailleuse sociale avait aussi fait une évaluation en ce sens, Élianne se retrouve avec une tutelle (et non une curatelle qui ne laisse aucun pouvoir) modulée qui lui laisse la possibilité de faire certaines choses seules et d'autres avec l'aide de sa tutrice.

Lundi 10 mai, 6 h : On a eu un bon brunch, Sylvain en visite de Rivière-du-Loup, avait apporté quelques pattes de crabe et Marianne, 13 ans, fille de Chantal, a fait pleurer ses tantes en nous interprétant une chanson qui nous rappelait notre maman partie depuis maintenant cinq ans. Elle chante très bien Marianne, elle vient même de gagner un concours, c'est à suivre!!! Et vous vous doutez sûrement que finalement, Élianne et Fabiola AVAIENT fait une carte pour moi!

L'automne 2009 s'est terminé avec un grand changement dans ma vie, j'ai repris le travail après deux ans et demi d'interruption! Le « timing » était bon puisque je suis arrivée en pleine vaccination contre le virus H1N1, ce qui m'a permis de me réhabituer tranquillement à un horaire sans avoir à me casser la tête avec des notions oubliées ou du moins bien loin dans ma mémoire. Un vaccin c'est facile à faire et tu fais la même chose toute la journée. En tout cas, je peux vous dire qu'Élianne a été une des premières vaccinées sur notre territoire, même avant... Claude Dubois! Et je n'avais même pas repris le travail à ce moment là! Dès que j'ai vu que l'une des complications du H1N1 était le syndrome de détresse respiratoire aiguë, que cette complication pouvait justement survenir chez des jeunes en santé avec un système immunitaire qui se défend trop fort, j'ai revécu certains moments difficiles des premières semaines d'Élianne à l’Hôpital du Sacré Cœur puisqu'elle avait fait ce syndrome. Elle y avait survécu, difficilement, une première fois, mais je craignais cela par-dessus tout et n'avais de toute façon pas le goût de prendre ce risque. Ne vous en faites pas, elle n'a pas eu de passe-droit puisqu'elle faisait partie des personnes à risques. D'ailleurs, petite réflexion, j'ai été sidérée de voir le comportement de certains dans les débuts de la vaccination : à Saint-Sauveur il y a beaucoup de personnes âgées, retraitées, qui étaient prêtes à marcher sur la tête des femmes enceintes et des bébés pour avoir leur vaccin à temps pour partir... en Floride, une gang de vieux égoïstes!!! Certaines situations font vraiment ressortir ce qu'il y a de pire chez les gens.

Mercredi 12 mai, 6 h : Nous avons assisté à la Coupe Merrell au Far Hills hier soir, Élianne trouve que ça a l'air ben, ben l'fun les courses de vélo; « difficile, mais c'est ça qui est le fun, quand c'est dur »!!! Comme quoi on peut sortir la fille du vélo, mais pas le vélo de la fille!

(suite au prochain numéro)

 

Liste de tous les articles.jpg