À l’aube de 2007, année des 18 ans d’Élianne, la vie est belle. Elle étudie en bio-écologie et se dirige en biologie marine. Elle est athlète en vélo de montagne, a un amoureux et part pour le Mali visiter son frère et sa famille... Élianne est heureuse. Jusqu’à la journée fatidique où sa vie bascule.

Les textes de cette chronique proviennent d'extraits de courriels envoyés à la famille par Jocelyne, sa maman. L’histoire d’Élianne m’a bouleversée et je voulais vous donner la chance de la lire. Pour vous faire connaître un peu Élianne, nous avons débuté cette chronique dans le numéro de mai 2017 par son voyage au Mali avec Jocelyne. Nous vous recommandons cette lecture préalable. MISE EN GARDE : certaines images et textes peuvent heurter la sensibilité des personnes non averties.

Le mot de la fin
 

20 mai 2012
 
J’ai ressorti tous les courriels que j’ai écrits pour donner des nouvelles, tout ce que je vous ai écrit, je vais le relire, ce que je n’ai jamais fait depuis. J’ai décidé de lire mes textes au fur et à mesure, les jours mêmes où ils ont été écrits.
 
Le 20 mai 2007, j’écrivais, dans la nuit, juste après la visite des policiers :
« Il est 2 h. Nous partons pour l'Hôpital du Sacré-Cœur, Élianne est dans le coma, accident d’auto en face du Bourbon à Sainte-Adèle, on n'en sait pas plus. Pensez à nous ».
 
J’ai trois grosses boîtes de notes, de courriels envoyés et reçus, de coupures de journaux, de parties de dossiers médicaux ou de plans d’intervention et de réadaptation, rapports divers. Tant qu’à les sortir, je vais classer le tout et mettre cela derrière moi. Je fais un genre de pèlerinage dans ce passé, non pas pour l’enterrer, mais bien pour passer à autre chose.
 

6 juin 2012
 
Élianne est partie faire…. du RAFTING!!!!!!!
(avec le groupe de l’AQTC et son frère qui est chargé de la récupérer si elle tombe à l’eau…!!!)   
 
Comme vous pouvez le constater, pas mal de temps entre le 20 mai et aujourd’hui, que voulez-vous, je suis toujours aussi occupée.
 
Hier soir j’ai participé à un souper organisé pour les proches par l’AQTC (Association québécoise des traumatisés crâniens) et cela m’a permis de réaliser encore plus combien vous m’avez été précieux et précieuses. Beaucoup de proches sont seuls, n’ont personne avec qui parler, échanger, pleurer, rire. MERCI encore!
 
Je vais terminer ce « long » courriel par des nouvelles d’Élianne, beaucoup de choses depuis deux ans. 
 
Élianne continue sa thérapie Padovan, toujours de l’évolution, des progrès. La recherche à Québec est en pause, sera reprise éventuellement, là aussi, on reste ouvert aux possibilités. Elle voit aussi une dame chaque semaine pour continuer d’apprendre des choses (par exemple à faire son lavage), jaser et faire des jeux cognitifs. Elle continue d’apprendre. Elle continue de travailler fort.
 
Elle participe à beaucoup d’activités avec l’AQTC, maman/papa font le taxi naturellement puisque c’est souvent à Montréal ou à Laval. Depuis cet hiver elle s’entraîne en gym à Sainte-Adèle et le fera de façon plus sérieuse à partir de cette semaine puisqu’après neuf mois (!) de discussions avec la SAAQ, ils ont finalement accepté de payer un entraîneur pour l’accompagner. Elle suit aussi des cours de paranatation à Blainville.
 
Elle a fini ses traitements d’orthodontie, arbore maintenant un grand sourire sans broches, a également eu une chirurgie au laser pour ses yeux, adieux lunettes et lentilles, ce qui facilitera sa vie.
 
Elle continue d’évoluer, tant sur le plan cognitif que physique, tranquillement par bouts, de façon plus soutenue à d’autres moments. Elle a abandonné la canne et essaie même parfois de « courir ». Elle apprend de plus en plus à s’organiser. Depuis un an elle a retrouvé la dimension « émotive » de sa personnalité, c'est-à-dire l’accès à ses émotions. Elle n’avait pas pleuré depuis quatre ans et maintenant elle est de nouveau capable d’être touchée par les événements, les gens, une belle chanson, etc. Sa principale séquelle cognitive est sur le plan de « l’enregistrement des images », donc aucune mémoire visuelle, donc difficulté d’orientation, de reconnaissance des visages, et naturellement cela joue sur sa mémoire à court terme puisqu’une partie de nos souvenirs (par exemple la soirée d’hier) tient au fait que nous conservons des images d’un événement et elle non.
 
Elle a les mêmes valeurs, les mêmes goûts qu’avant malgré son absence toujours presque totale de souvenirs de sa vie antérieure.
 
Elle a eu l’honneur d’être nommée ambassadrice des Coups de cœur Jeunesse et a représenté les Laurentides à l’Assemblée nationale. Elle fait aussi des présentations, soit à des étudiants en réadaptation ou en soins infirmiers, soit à des jeunes en réinsertion dans des carrefours jeunesse-emploi. Elle est une source d’inspiration pour plusieurs. Depuis l’été dernier, elle fait du bénévolat une journée par semaine au centre de location du lac Monroe dans le parc du Mont-Tremblant, elle reprendra cet été cette activité qu’elle apprécie beaucoup.
 
Elle voit un peu ses amies, a gardé de bons contacts avec certaines, elle est cependant limitée par l’éloignement. Depuis juillet 2011 elle a un amoureux, Christian, lui aussi TCC en 2007, ils ont une belle relation. 
 
Elle dit elle-même que c’est une bonne année pour elle, elle envisage l’avenir avec un certain optimiste même si maintenant elle a davantage de craintes ou de moments d’anxiété au sujet du futur. Nous avons le projet qu’elle puisse aller vivre à Montréal dans un avenir assez rapproché, en attendant, elle ira probablement dès cet automne y passer deux jours par semaine, petite intégration partielle à la grande ville qui lui permettra de participer aux ateliers d’impro de l’AQTC. 
 
Bien sûr, je ne peux m’empêcher de penser que « normalement » elle aurait terminé cette année son bac en biologie marine… sauf que… notre cher premier ministre Stephen Harper venant de faire de grosses coupes dans la recherche dans ce domaine (il ne faudrait surtout pas connaître les effets des hydrocarbures sur la faune et la flore marine), elle aurait été… chômeuse… à un salaire de 70 % de… et aurait travaillé de nuit dans un Tim Horton en voyageant l’hiver, sur des routes verglacées pour se rendre à 100 km de chez elle!!!!!!!!!! (pardonnez-moi ce petit défoulement).
 
En terminant, je tiens à saluer particulièrement toutes mes « mères-courage » (les conjoints et pères aussi, mais je les connais moins) : Martine, Denyse, Monique, Christine, Isabel, Julie, France. Vous qui chaque jour, par votre engagement, aidez votre enfant à dépasser les limites d’un TCC.
 
5 ans… et… le besoin de boucler une boucle.
5 ans… et… un nouveau cycle qui commence.
5 ans… et… nous continuons…

 
À… une prochaine? 
À… je ne sais pas quand…
 
xoxo Jocelyne  

 

2011-10 - 1ier jogging d'Élianne - Promenade Champlain.JPG

Premier jogging d'Élianne – Promenade Champlain, octobre 2011

2012-01 - raquettes.jpg

En raquette, janvier 2012

2012-04 - Élianne et Fabiola.jpg

Élianne et Fabiola, avril 2012

Liste de tous les articles.jpg