Mon inspiration pour...

Mais moi je t’aime

Infidèle

 

J’ai abordé le thème de la séparation du couple (Ne me cherche plus) et je vous ai parlé du couple qui sombre dans l’ennui (Erreur sentimentale). Aujourd’hui, il sera question de cette « voie de passage » qu’empruntent 20 à 30 % des hommes et 15 à 20 % des femmes : l’infidélité. Pourquoi emprunter cette voie plutôt que les deux précédentes? Voici ce qu’en dit le psychologue et sexologue Yvon Dallaire* :

« Les motifs de l’infidélité peuvent être aussi variés que les situations ou les personnes, mais ils sont généralement la conséquence d’un déséquilibre affectif du couple et impliquent habituellement l’ennui, la solitude et les frustrations de toutes sortes. L’infidélité est souvent une tentative maladroite d’équilibrer, émotivement ou sexuellement, un couple. » Et M. Dallaire regroupe les motifs de ce choix en différentes catégories :

 

1. Les motifs prétextes : « C’est à la mode. Tout le monde le fait, fais-le donc. » « Il est impossible de rester monogame aujourd’hui. » « Une femme libérée se doit d’avoir des amants. » « L’être humain est un animal polygame. » « Pourquoi je m’en priverais. » « Je veux profiter de ma jeunesse. » Toutes ces argumentations sont dues à l’affaiblissement des inhibitions et à une plus grande permissivité sexuelle.

 

2. Motifs relationnels : tentative pour échapper au contrôle de l’autre ou pour attirer son attention ou par esprit de vengeance, suite à une importante transition de vie (naissance, décès, anniversaire...), une simple opportunité à l’occasion d’un 5 à 7, d’un congrès... besoin de distraction combiné au stress du travail et de la famille.

 

3. Motifs inconscients : compenser des blessures ou des frustrations de l’enfance ; problème familial non résolu qui se transmet de génération en génération. Dans neuf cas sur dix, les parents de l’époux infidèle, du partenaire ou des deux partenaires ont été infidèles, même si le partenaire infidèle en est inconscient ou refuse cette réalité.

 

4. Mais le motif le plus fréquent est le déséquilibre conjugal sexuel ou affectif dans le couple, conduisant vers une recherche de satisfaction sexuelle ou d’intimité affective ailleurs.

 

La meilleure façon de prévenir l’infidélité reste donc de nourrir notre couple, d’en faire un lieu sûr (la bonne foi des deux partenaires étant la première condition). Mais si elle survient, cette infidélité, comment est-il possible de réparer les blessures? Pour répondre à cette question, je vous laisse aux bons soins de M. Dallaire dont l’expérience professionnelle sur le sujet vaut plus que la mienne (référence au bas de cette page). »

Chose certaine, cette voie, si on la choisit, comporte des risques et entraîne son lot de souffrances. C’est ce que j’ai voulu faire ressortir dans ce texte intitulé Mais moi je t’aime.

 

 

* Prévenir ou survivre à l'infidélité, Yvon Dallaire, psychologue et sexologue, dans Psycho-Ressources