Mon inspiration pour...

Je partirai

Après avoir abordé les thèmes de la rupture, de l’ennui et de l’infidélité, voici le thème de la peur de l’engagement. Dans une relation où l’un des partenaires a peur de l’engagement, il peut y avoir « apparence d’amour », ce qui complique l’identification du malaise. La relation peut paraître harmonieuse, mais, en fait, elle n’évolue pas vraiment sur le plan affectif, elle demeure « figée ». C’est pourquoi il n’est pas rare que la personne qui se trouve aux côtés d’un phobique de l’engagement se sente dévalorisée dans la relation, sans trop comprendre pourquoi. 

Avoir peur de l’engagement, c’est avoir peur de quoi au juste? Peur de l’échec, peur de souffrir, peur de décevoir, peur de perdre sa liberté et son pouvoir d’agir… Les cliniciens de la relation amoureuse vous diront que cette peur cache souvent des angoisses associées à des blessures passées ou à un manque de confiance en soi qui fait craindre une perte de son espace psychologique. 

Si vous voulez savoir si vous êtes en relation avec un phobique de l’engagement, parlez-lui de projets communs... Vous le verrez multiplier les comportements de fuite! Souvent, le phobique de l’engagement se défilera subtilement, puisque l’affirmation de soi (dans une relation affective) n’est pas sa force. Se tenir à distance sur le plan relationnel ou même adopter des comportements « détestables » dans le but plus ou moins conscient de provoquer la rupture, voilà plutôt sa manière d’agir.

Voici les paroles d’un homme qui fait le point avec sa partenaire phobique de l’engagement.