Mon inspiration pour...

Je cherche la vérité

Je cherche la vérité

 

Je vous ai déjà parlé d’Albert Jacquard, ce généticien qui a notamment écrit L’équation du nénuphar, un petit bouquin qui nous fait bien saisir à quel point nous sommes au bord d’une catastrophe écologique (voir Rien de surprenant). Albert Jacquard est décédé en 2013. Parmi les réactions exprimées dans la communauté scientifique, celle d’un autre savant, l’astrophysicien Hubert Reeves, m’a particulièrement touché par sa justesse. Reeves disait ceci de Jacquard : « c’était un homme qui s’intéressait à ce qui vaut la peine d’exister ». Qu’est-ce qui vaut la peine d’exister? La vie elle-même, et la conscience humaine, puisque c’est par elle que nous avons le pouvoir de préserver la vie et de la vivre pour ce qu’elle a de beau, de bon, de vrai. C’est par elle, la conscience, que nous connaissons et que nous reconnaissons.

 

N’est-ce pas curieux de constater que ce sont les plus grands savants qui, bien qu’ils soient capables de nous faire voyager dans les plus hautes sphères de la connaissance scientifique, savent le mieux reconnaître que ce qui importe plus que toute autre chose est souvent à notre portée, juste là, tout près, tout près?

Retour aux paroles de
Je cherche la vérité