en-tête.jpg

L’âge de raison : un autre regard sur le monde

Winnipeg, le 12 octobre 2021

Je suis dans ma 44ᵉ année, et depuis sept ans, ma vie a subi quelques bouleversements. 

La maternité, la parentalité ont été pour moi comme un tsunami venant me questionner sur mon identité en tant que femme, mon rôle dans la société… J’ai quitté mon travail et mon salaire de cadre dans une grande entreprise et j’ai créé mon entreprise. Il y a trois ans, nous décidions avec mon mari de partir vivre au Canada. Deux ans de projets et une arrivée en pleine pandémie. 

Depuis sept ans et demi maintenant, je suis amenée à revoir constamment mes priorités, mes principes, mes croyances, mes limites…

Mais s’il y a une chose qui n’avait jamais évolué jusque-là, et ce depuis plus de 40 ans, c’était ma vision. 

252836924_643295123513695_3389726562980822233_n.png

Je te vois.

Je suis une très grande myope avec une myopie à -12 et -22. Je l’ai toujours été. Et si mes parents se sont fait beaucoup de souci à cause de cela, si cela m’a valu des reproches ou des jalousies, certains médecins avaient même prédit à mes parents que je deviendrais aveugle un jour, j’ai toujours vécu et composé avec ce « handicap » invisible. La vie fait en sorte de compenser les manques et j’ai inconsciemment mis en place des stratégies de survie qui se sont avérées être de vrais atouts dans ma vie, notamment professionnelle, menant au paroxysme le paradoxe en me propulsant experte de la vision 360°.

Seulement voilà, arrivée dans ma 44ᵉ année, après un peu plus d’un an au Canada à confronter ma vision de citadine européenne, ma vue est en train de changer. La seule chose dans ma vie qui n’avait pas évolué depuis plus de 40 ans se met à vaciller, créant une réelle angoisse, un réel sentiment d’instabilité et de vulnérabilité. Je pensais « que j’avais tout vu » en termes de changements… Eh bien non, la vie, la Nature me montrent qu’il est temps maintenant de changer de point de vue, physiquement. Ce que je vois concrètement, c’est que je dois prendre du recul; mettre de la distance avec les choses pour mieux les voir. Quelle ironie quand on sait que sans mes lunettes, je suis incapable de voir quoi que ce soit à plus de quelques centimètres. Mes bras s’allongent pour me permettre de lire les petites lignes…

Mais le plus étonnant dans cette histoire c’est qu’au même moment, ma fille de sept ans est entrée dans ce qu’on appelle « l’âge de raison ». Quel drôle de concept! Je la regarde grandir tous les jours un peu plus, je vois son visage changer, son caractère s’affirmer. Sauf qu’hier, son amie lui a dit que le père Noël n’existait pas. Depuis sept ans, je nourrissais son imaginaire de tous les personnages enfantins, alimentant les mythes aussi bien que je le pouvais, gardant précautionneusement la flamme de l’enchantement. Et voilà qu’hier, quelqu’un a essayé de souffler cette flamme de Magie. 

Bien sûr le père Noël n’existe pas en chair et en os, mais cet égrégore alimenté par des millions de personnes tous les ans existe bel et bien pour moi. Nous vivons une période triste, encore plus depuis 18 mois, complètement désenchantés. La Science a remplacé la Religion qui avait remplacé le paganisme et le lien avec la Nature empreinte de Mystère et de Magie. Dans nos sociétés coupées de la Terre et des Saisons, les seules choses qui nous relient encore au rythme des saisons sont ces fameuses fêtes qui rythment l’achalandage des gondoles de supermarchés. Dans deux semaines, nous fêterons l’Halloween et déjà il sera temps de préparer Noël. 

252786516_1080410409364266_2915153240568561435_n.png

Mon calendrier de l'Avent

Je vais être amenée à accompagner ma fille dans ce changement de croyances dont je suis responsable et j’espère pouvoir le faire du mieux possible. J’espère pouvoir lui transmettre l’importance des contes, des histoires, lui montrer les liens entre ces histoires et le rythme de la Terre, le cycle des Saisons… Mais aussi lui apprendre à changer son regard sur le monde qui l’entoure et à voir la Magie partout où elle se trouve, je veux l’aider à cultiver cet émerveillement devant une feuille qui change de couleur, un animal qui passe. J’espère que toutes les histoires que je lui ai lues lui auront donné le goût de la lecture pour qu’à son tour elle puisse continuer à alimenter son imaginaire et celui de ses enfants. 

En attendant, je vais aller lui chercher son costume de licorne arc-en-ciel. Comment ça, ça n’existe pas les licornes?!? Je suis une imagicienne, et mon travail à moi, c’est d’être la Gardienne de cette Magie. Vous voyez?
 

Liste de tous les articles de.jpg