Louis Bernardin

Une famille d'Élie

Louis L. Bernardin

D'aussi loin que je me souvienne, la protection du français au Manitoba a occupé une place de premier plan dans ma vie. Après avoir constaté le réel danger que représente l'assimilation des francophones, j'ai sans cesse lutté pour que le français ait sa place dans les établissements pour lesquels j'ai travaillé, spécialement dans le domaine de la santé, par exemple, à titre de directeur général de l'Hôpital de Sainte-Anne, puis de la Villa Youville. 

Naturellement porté à m'impliquer dans ma collectivité et auprès des personnes âgées, j'ai créé la Fondation Montpetit en 1989. Mon implication bénévole m'a valu de recevoir l'Ordre du Mérite coopératif du Conseil de la Coopération du Manitoba. J'ai aussi été le fondateur du mouvement coopératif francophone en 1996, et j'ai reçu le Prix Riel en 2005, la Médaille de l'Union nationale métisse de Saint-Joseph en 2010 et la Médaille du Jubilé de la reine Élizabeth II en 2013. On m'a aussi honoré, en 2003, du titre Contribution exceptionnelle du Conseil Manitoba sur le vieillissement.

 

​Féru d'histoire, j'ai livré mes souvenirs et expériences en publiant plusieurs livres. Les textes de cette chronique proviennent de Mon train de vie, publié en 2011.

Liste de tous les chroniqueurs.jpg