top of page
entête.png

D'actuaire à conseillère d'études actuarielles

Étant moi-même une immigrée, je connais les difficultés et les obstacles à surmonter lorsque l’on s’établit ailleurs. Dans cette chronique, vous aurez la chance de connaître une partie de l’histoire de quelques immigrants en lien avec leur transition de carrière.

 

Aujourd’hui, nous nous entretenons avec Amina Abed, actuaire en France et maintenant conseillère d'études actuarielles au Manitoba.

Clarissa

20211003_163852.jpg

Nom

Pays d’origine

Langue maternelle

Autres langues

Profession de départ

Résidence actuelle

Date d’arrivée

Emploi actuel

Amina Abed

Algérie, puis en France de 2003 à 2022

français

 

anglais courant, arabe moyen

actuaire

Winnipeg, Manitoba, Canada

31 août 2022

conseillère d'études actuarielles

Quel est le niveau de scolarité le plus élevé que vous ayez atteint?

Maîtrise en statistiques

Pourquoi avez-vous décidé de quitter votre pays?

L’envie de changer d’air, de vivre de nouvelles choses et à cela s’ajoute le fait que mon frère et sa famille vivent ici à Winnipeg.


Pourquoi avez-vous choisi le Manitoba?

Pour me rapprocher de ma famille et après-coup, je pense qu’il est plus facile de s’installer ici que dans d’autres provinces (logement moins cher, moins de monde, la vie est plus tranquille…). Il faut aussi dire que l’immigration y est plus facile pour les francophones.

Qu’est-ce que vous aimez le plus ici?

La gentillesse des gens, l’ambiance générale plutôt zen et les nombreuses activités proposées (théâtre, humour, musique, etc.).

Dans quelle catégorie se situe votre statut d'emploi actuel?

Temps plein

Décrivez votre emploi au Manitoba.

Je travaille à la maison pour une entreprise d’assurance qui a ses bureaux à Montréal, Québec, Guelph et Toronto. Ils ont bien voulu que je sois à Winnipeg tout en travaillant depuis chez moi.

Quel est le lien entre votre emploi en France et celui que vous avez maintenant?

C’est plus ou moins la même fonction. La différence est que ma profession délivre un titre qui n’est pas reconnu ici. Cela me prendrait entre trois et cinq ans pour obtenir l’équivalence. Je n’ai donc pas exactement le même statut, même si je fais le même travail.

Êtes-vous au courant des ressources offertes par la province du Manitoba et la ville de Winnipeg aux nouveaux arrivants?

Lorsque j’ai reçu la validation de ma résidence permanente, j’ai reçu un document avec plein de liens vers des ressources… je m’étais inscrite notamment à Access Employment et j’ai suivi quelques séminaires. Ensuite, je me suis trouvé un emploi et je n’ai pas eu besoin de chercher plus loin.

Comment avez-vous trouvé votre emploi au Manitoba?

Sur LinkedIn

Êtes-vous satisfaite de cet emploi?

Oui

Mot de la fin d'Amina

Ne pas hésiter à chercher dès que l’on reçoit la confirmation de résidence permanente. Pour certains postes qui peuvent être pratiqués à distance, ne pas hésiter à regarder les emplois à distance ou en hybride. Les entreprises rencontrent actuellement des difficultés de recrutement dans certains secteurs, ce qui donne aux personnes en recherche d'emploi plus de poids dans la négociation. Il ne faut pas non plus hésiter à contacter des recruteurs sur LinkedIn et ajouter des gens à votre réseau avec des postes similaires à ce que vous cherchez. N’hésitez pas non plus à écrire aux personnes pour demander conseil. Tout le monde ne répond pas, mais si vous obtenez ne serait-ce qu’une seule réponse c’est mieux que rien.

Il m’a fallu quatre mois pour trouver ce job sans me déplacer. Cela peut paraître long, mais j’ai une profession très particulière qui offre peu d’emplois au Manitoba. Je peux trouver du travail très facilement à Toronto ou à Montréal, mais pas à Winnipeg. À la fois, à l’échelle d’un projet d’immigration, quatre mois ce n’est pas grand-chose, surtout quand on est dans un autre pays. Alors je vous encourage à vous accrocher et à ne pas perdre espoir.

Je conseille également de travailler son anglais, car c’est indispensable pour la vie quotidienne. Même si l’on peut trouver un travail 100 % francophone, on se prive de beaucoup de liens en ne pratiquant pas l’anglais. Et cela ajoute une corde à votre arc, alors lisez, bachotez, regardez des films et des séries en anglais, bavardez en ligne, peu importe, mais pratiquez!

 

Liste de tous les articles de.jpg
bottom of page