De sa voix pétillante, Janine nous offre chaque semaine une capsule de sagesse teintée d’humour. Ses précieux conseils nous font sourire et réfléchir à la façon de grandir et de s’éveiller à une vie plus harmonieuse.

Apprendre à réconforter simplement par sa présence

Cliquer ici
pour écouter.

C’est l’histoire de Réjean qui laisse son chat avec son voisin pendant qu’il est parti en voyage. Il appelle pour avoir des nouvelles de son chat. Le voisin lui dit « Ton chat est mort. » Réjean est choqué de ce manque de délicatesse. Il dit « Tu ne peux pas juste dire ça comme ça : ton chat est mort! » « Ben, qu’est-ce que tu aurais voulu que je dise? », demande le voisin. Réjean sermonne « Tu pourrais commencer avec : ton chat jouait sur le toit du garage... puis là, tu continues doucement avec ton histoire. » Le mois d’après, Réjean demande au même voisin de tenir compagnie à sa vieille tante pendant qu’il s’absente. Il l’appelle pour avoir des nouvelles. Le voisin répond au téléphone « Bien... ta tante jouait sur le toit du garage... puis là je continue doucement avec mon histoire. »

 

Beaucoup d’entre nous se retrouvent dans les souliers du voisin qui ne sait pas au juste quoi dire et comment le dire. C’est une crainte assez partagée quand on est censé aller voir quelqu’un de malade ou en grande difficulté. On se dit « Je ne saurai pas quoi dire. » Si vous ne savez pas quel conseil donner, soyez heureux. Souvent, les conseils sont perçus plus comme des reproches et ne sont pas ce que la personne veut de toute façon. Qu’est-ce qu’une personne en difficulté veut de vous? De l’amour, de l’appui émotionnel et savoir que vous êtes authentiquement intéressé à eux. Ceci, démontré de façon calme. Parfois, on peut montrer qu’on est préoccupé par ce qui se passe de façon énervée en posant mille questions et en étant plus traumatisé que la personne elle-même. Ceci n’est pas d’un grand soutien. Demandez à la personne comment vous pouvez l’aider et acceptez ce qu’elle vous dit. Le plus souvent, écouter avec compassion est plus important que de parler avec compassion. Évitez surtout les présomptions que vous savez comment l’autre personne se sent. Demandez-lui.

Juste pour aujourd’hui, j’accepte que je suffise au besoin de quelqu’un par ma présence et par mon réconfort, même si je n’ai pas les mots.

!CAPSULE PRÉCÉDENTE.jpg
Liste de toutes les capsules de.jpg
!CAPSULE SUIVANTE.jpg