Laurette Lacroix a fait ses études après l'application de la Loi sur les écoles du Manitoba qui abolissait le français comme langue officielle, et après que l’enseignement public en toute autre langue que l’anglais y soit interdit. Malgré tous ces efforts d’assimilation des francophones, Laurette réussit non seulement à conserver son français, mais à coucher sur papier des anecdotes sur sa vie à la ferme lorsqu’elle était jeune fille et jeune mère. C’est à titre posthume que nous publions ses écrits.

Ils aimaient aussi ramasser des fruits sauvages, car ils savaient que tante ti-Anne faisait de bonnes tartes. 

Le savoir-faire de nos parents
(suite)

On avait la présence de bien des cousins et cousines pendant les vacances. Cela donnait un coup de main aux mamans de la ville qui avaient plusieurs ti-gars. Il y en avait un qui aimait voir courir les chevaux. Mais il en avait peur et se plaçait de l’autre bord de la clôture. Il se servait de son sifflet pour faire courir les chevaux autour du champ. Le père lui coupa vite le sifflet, car parmi ces chevaux, il y avait ceux dont on se servait pour travailler dans les champs. Il ne fallait pas les fatiguer pour faire plaisir aux enfants. 

Les cousins se faisaient souvent courir après surtout par les coqs, les oies et le taureau. Ils ne comprenaient pas que les animaux n’aimaient pas partager leur territoire, et qu’en général, cela dépendait de leur humeur, surtout celle du taureau. Il fallait montrer aux cousins comment fermer la barrière ou faire de grands détours et même, comment se rouler en dessous des clôtures brochées au besoin. 

Un jour, les jeunes visiteurs ont eu peur quand le père, un homme très doux, prit un couteau et le lança dans le côté de la vache. Ce n’était pas pour la tuer, mais pour la sauver. C’est qu’au printemps, les vaches mangeaient trop de trèfle humide. Par la suite, elles gonflaient tellement qu’elles pouvaient en mourir. Donc, le fermier connaissait l’endroit exact à percer pour faire sortir tout le gaz accumulé, sans toucher aux intestins. Le fermier avait aussi l’occasion de démontrer son grand savoir-faire quand une vache ne pouvait délivrer son petit veau. Les deux étaient alors en danger. Or, le fermier avait très besoin de ses vaches, car c’était les revenus du lait qui permettaient à la famille de survivre durant l’hiver. Souvent, les récoltes étaient détruites par la grêle, la sécheresse, les sauterelles... Nous, étant enfants, ne réalisions pas les inquiétudes que vivaient nos parents. On les voyait avoir de l’agrément avec leurs amis et la parenté, alors tout était bien. 

Le père prenait bien le temps de jouer avec nous, les enfants, surtout à la balle. En jouant avec nous, cela voulait dire pas de chicane. 

Chaque été, les cousins étaient prêts à revenir. Ils aimaient jouer avec les lapins, les petits cochons, le chien, le chat et aussi avec la quarantaine de beaux pigeons de toutes les couleurs qu’on avait. Leur nid et leurs petits se trouvaient dans le grenier de l’étable. Les cousins les plus âgés, devenus plus braves, embarquaient sur le vieux poney très doux. Ils se pensaient de vrais cowboys. 

Les vacances finies, les enfants avaient été gâtés par la mère, mais aussi instruits par mon père sur beaucoup de choses concernant la nature à la fois douce et rude. 

Liste de tous les articles de.png