51593953_m.jpg

SURVIVRE AU TRAVAIL

Les immigrants sur le marché du travail

– Les obstacles –

Le mois dernier, je vous ai demandé à quels obstacles vous pensiez que les immigrants font face en arrivant ici. Avez-vous eu le temps d’y réfléchir? Pouvez-vous en nommer quelques-uns? D’abord et avant tout, notons que chaque expérience est différente des autres, chacun vit son propre chemin et donc chaque immigrant fait face à différents obstacles. Alors, lorsque vous lisez ce texte, ayez en tête que c’est important de comprendre que tous les obstacles ne vont pas nécessairement s’appliquer à tous les nouveaux arrivants.

On a regroupé dans deux différents groupes les principaux obstacles auxquels les immigrants font face¹, c’est-à-dire les obstacles par rapport au marché du travail ou ceux liés aux compétences personnelles. 

•    Par rapport au marché du travail :

o    Manque de connaissance de la dynamique du marché de l’emploi;
o    Accès au marché du travail caché par le biais de réseaux;
o    Compétences en entrevue;
o    Dévalorisation des compétences.

123509571_m.jpg

Les immigrants dans la catégorie « immigration économique² » ont le droit de travailler au Canada, dès leur arrivée, cependant la plupart d’entre eux n’arrivent pas avec une offre d’emploi en main. Ainsi, ils doivent se lancer dans une recherche d’emploi dès leur arrivée pour surmonter une des difficultés principales, le chômage. Chaque pays a son propre contexte et la dynamique du marché de l’emploi change d’un coin à l’autre. Comme les immigrants ne connaissent pas nécessairement la dynamique du pays d’accueil, ils doivent l’apprendre pour mieux s’intégrer. En plus, il y a des immigrants qui n’ont pas encore de liens sociaux ou d’amis dans la société d’accueil, alors ils n’ont pas accès au marché caché de l’emploi via ses connaissances et références. 


Imaginons alors que le candidat à l’emploi a finalement été appelé pour une entrevue d’embauche, cela pourrait s’avérer un autre obstacle, car la communication verbale et non verbale change, par exemple il y a des pays où regarder directement dans les yeux du recruteur est un manque de respect, ici c’est plutôt le contraire. 


Un autre obstacle concerne la dévalorisation des compétences. Plusieurs immigrants qui ont fait des études de niveaux collégiales et universitaires et qui sont des professionnels dans leur pays d’origine subissent une dévalorisation de leurs compétences en arrivant ici. Soit parce qu’ils exercent une profession réglementée et par conséquent doivent suivre les étapes pour bien pouvoir travailler dans le métier; ou parce qu’ils attendent l’évaluation des acquis et doivent encore faire valider leurs connaissances, dans les différents domaines, ou encore parce qu’ils doivent mettre à jour leurs compétences techniques.


Le deuxième groupe cible les compétences personnelles, car il est plutôt lié à des aptitudes individuelles.


•    Compétences personnelles : 

o    différences culturelles, 
o    barrières linguistiques,
o    perte du réseau social, 
o    perte du statut économique et professionnel. 


D’après le dictionnaire Larousse, la culture se manifeste dans un groupe social par l’ensemble des signes caractéristiques du comportement comme le langage, les gestes et les vêtements permettant ainsi de différencier les personnes appartenant à une autre culture. Or, les individus qui sont nouvellement arrivés au Canada et qui n’ont pas nécessairement un niveau élevé de compréhension culturelle seront moins à l’aise lors des interactions sociales. En plus, la communication verbale et non verbale fait partie de la culture et reflète le comportement attendu dans un contexte de travail. Ainsi, si le travailleur a un niveau plus élevé de compréhension culturelle, il s’en sortira mieux dans certaines situations et dans son environnement. S’ajoutent à ceci les barrières linguistiques, puisque pour un certain nombre d’immigrants, l’anglais ni le français n’est leur langue maternelle.

D’autre part il y a le réseau social³, c’est-à-dire la communauté d’individus reliés entre eux par des liens familiaux, amicaux ou professionnels. Lorsqu’une personne déménage dans une autre région elle s’éloigne de ses amis, de ses collègues de travail et même de sa famille, en perdant donc la proximité avec ses liens sociaux.

Enfin, les immigrants perdent leur statut économique et professionnel lorsqu’ils doivent recommencer leur carrière et repartir à zéro, car les travailleurs qualifiés arrivent au pays d’accueil avec des connaissances et des compétences techniques acquises dans leur pays d’origine, mais cela seul ne leur garantit pas un emploi ni qu’ils seront en mesure de s’établir économiquement ou qu’ils auront le même statut qu’ils avaient dans leur pays d’origine.

En conclusion, nous avons vu dans ce texte un aperçu de quelques obstacles auxquels les immigrants font face, alors comment pensez-vous qu’ils font pour les surmonter?

Liste de tous les articles de.jpg