en-tête.jpg

Les enfants de Yuki, après deux ans d’université au Manitoba, ont chacun à leur tour, à trois ans d'intervalle, consacré une année entière à étudier le japonais à l’Université Tokai au Japon et à s’entraîner avec son réputé club de judo, les deux, de façon intensive. Nous vous présentons les écrits combinés de leur journal de bord respectif, lesquels seront émaillés de notes rétrospectives et d’échanges sur leur expérience.

4 janvier 2012

Un Nouvel An à la japonaise à Kyoto

France.jpg

Avec mes parents japonais, Shigenori et Reiko, et leurs trois garçons, Daisuke, Kenzo et Yoshiki, nous avons pris le Shinkansen pour Kyoto le 31 décembre. Le trajet ne dure qu’environ deux heures. Une fois arrivés à Kyoto, nous avons enregistré nos bagages à l'hôtel avant d'aller visiter le sanctuaire de Gion.

France - 01.JPG

En attendant l’autobus (de gauche à droite :
Reiko, moi, Yoshiki et Kenzo)

France - 02.JPG

Le Shinkansen

France - 03.JPG
France - 04.JPG

La famille Iwasa (de gauche à droite :
Yoshiki, Kenzo, Shigenori, Reiko, Daisuke)

Je pense qu'il est temps que j'explique un peu pourquoi je les appelle mes « parents japonais ». C’est ainsi que j’ai fait référence à eux depuis le début, mais je n'ai pas vraiment expliqué comment j'ai appris à les connaître. Ce sont en fait les amis de mon père. À l'époque, quand ils avaient à peu près le même âge que moi présentement, Shigenori, Reiko et mon père étaient étudiants à l'International Christian University (ICU). Shigenori et mon père ont tous deux séjourné à la Maison du Canada, avec d'autres étudiants étrangers. En fait, Shigenori était apparemment la première personne à qui mon père s'est présenté. Et maintenant, environ 30 ans plus tard, ils sont toujours de bons amis et quand ils ont appris que la fille de Yuki (moi!) venait au Japon, ils m'ont immédiatement accueilli dans leur famille. Et ils m'ont beaucoup aidé depuis que je suis arrivée, en m'aidant à obtenir les documents nécessaires à ma vie au Japon et en veillant à ce que je ne manque de rien. Merci! 😍

Revenons donc à Kyoto. Plus tard dans la soirée, nous avons dîné à l'hôtel avec la mère de Shigenori, sa tante, son frère et sa femme. Nous avons mangé de la nourriture japonaise très traditionnelle. Je peux dire sans aucun doute que j'ai goûté les textures et les saveurs les plus étranges ce jour-là. Parfois, je ne savais même pas si ce que je mangeais était un morceau de viande ou un légume. Disons que ce fut une expérience gustative très intéressante. Mais la présentation de la nourriture était exquise. Je pense que la décoration des aliments a pris plus de temps que la cuisson elle-même. Voici juste quelques photos :
 

France - 05.JPG
France - 06.JPG
France - 07.JPG

Notre adorable serveuse

Le bol en haut à gauche était fait de glace.

Tous les plats étaient très bien présentés et ils nous ont apporté les assiettes une à la fois. Notre souper a donc duré plus de trois heures! À mi-chemin du souper, le Kouhaku a commencé donc nous avions quatre téléphones cellulaires disposés sur la table pour écouter le spectacle.

 

France - 08.JPG

Le Kouhaku est un programme musical spécial qui se déroule le soir du Nouvel An et qui présente les artistes les plus célèbres ou populaires du Japon. Kou signifie rouge et haku signifie blanc et représentent les deux équipes, l'équipe rouge et l'équipe blanche. Ainsi, tous les artistes de la scène sont répartis en deux équipes qui s'affrontent et à la fin, un gagnant est déclaré. C'était un super spectacle. J'attendais ça avec impatience parce que je voulais en savoir plus sur les artistes de la musique japonaise. J'ai été surprise de reconnaître quelques chansons pour les avoir écoutées dans la voiture avec mon père lors de trajets entre Sainte-Anne et Winnipeg.

Puis, vers 23 h, nous avons mangé de délicieux soba et ce fut l'heure d'aller dormir.

France - 09.JPG
France - 10.JPG

Le lendemain, nous avons encore eu de la nourriture traditionnelle au déjeuner. Ensuite, les adultes ont distribué des otoshidama. Otoshidama, c’est de l'argent donné aux enfants le jour de l'An. Et j'ai reçu mon premier otoshidama!!! Je ne vais pas vous dire combien lol, mais je vais certainement économiser de l'argent pour ma vie ici au Japon, car tout est cher ici.

Après le déjeuner et les cadeaux, nous avons visité le sanctuaire Kitanotenmangu. C'est un des sanctuaires parmi les centaines au Japon dédiés à Sugawara Michizana, un célèbre érudit et homme politique. Sugawara Michizana est associé à Tenjin, le dieu de l'éducation, c'est pourquoi de nombreux étudiants vont dans ce sanctuaire afin de prier pour leur réussite scolaire. Au Japon, pour entrer à l’école secondaire, vous devez passer un examen d'entrée difficile. C'est une affaire très sérieuse. Après leur école ordinaire, les enfants iront au juku, une école de bachotage, pour étudier en vue de l'examen. L'année dernière, Kenzo est venu au sanctuaire pour prier dans le but de réussir son examen d'entrée à l’école secondaire. Et il a réussi! Alors cette année, pour remercier le dieu du sanctuaire, il a ramené le o-mamori (une sorte d'amulette) qu'il avait acheté l'année dernière. Et cette année, puisque Yoshiki va passer le concours d'entrée, il a acheté des o-mamori pour l'aider à réussir. On m'a également donné un o-mamori, 技芸上達, qui se lit Gigeijoutatsu. Apparemment, cela signifie que je vais m'améliorer dans mon art ou mon métier. 🙂

France - 11.JPG

Travail accompli : Kenzo rend son o-mamori.

France - 12.JPG

Yoshiki avec sa grand-mère et un o-mamori tout neuf

France - 13.JPG

Le sanctuaire était très achalandé. Nous nous sommes promenés un peu, en nous arrêtant à quelques kiosques le long du chemin.

 

France - 14.JPG

La foule entre alors que nous essayons de sortir.

France - 15.JPG

Je bois de l'amazake : une boisson sucrée traditionnelle à base de riz fermenté.

Ensuite, nous avons dîné et peu de temps après, il était déjà temps de prendre le train pour rentrer à la maison. Un voyage court, mais un voyage très intéressant, surtout pour moi. J'ai eu l'occasion de voir comment le Nouvel An est célébré au Japon. Et j’ai pu le passer en famille. 🙂

 

séparateur_1.jpg

30 décembre 2014

Noël avec les Iwasa

Photo_portrait_pour_demande_arrangée.jpg

Pour célébrer Noël, j’ai été invité chez les Iwasa pour dîner avec eux le 23 décembre. J'ai quitté le dortoir vers 15 h 30 et je suis arrivé à la gare la plus proche de leur maison vers 17 h 07. Donc, si vous prenez le train rapide, cela prend environ 1 heure et demie. Quelques minutes plus tard, Shigenori est arrivé avec le sourire au visage. Ça faisait un petit bout de temps et c'était incroyable de le revoir!

Il m'a fait découvrir les illuminations près de la gare et a insisté pour prendre mille photos de moi avec l'illumination « Hello Kitty ». Ensuite, nous avons pris l’autobus qui mène chez lui, il m’a  expliqué le chemin afin que je le sache la prochaine fois que je viendrai.

Vincent - 01.JPG

Les illuminations au Japon sont tout simplement sensationnelles.

Vincent - 02.jpg

Le résultat n’est pas si mal…

Nous sommes arrivés, et après avoir crié « tadaima! », Reiko est venu nous saluer! Reiko est l'une des personnes les plus adorables que j'ai rencontrées dans ma vie et depuis mon séjour chez eux lorsque je suis arrivé au Japon, je me suis vraiment habituée à leur maison. C'était donc comme chez moi. Et c'est peut-être pour ça que je n'avais pas vraiment l'impression d'avoir raté Noël cette année.

 

J'ai rencontré la femme de Daisuke pour la première fois, et j'ai aussi pu voir leur enfant de trois mois, Merei! Daisuke est le fils aîné d'Iwasa, et je l'avais rencontré il y a trois ans lors de mon premier séjour au Japon. Il est arrivé quelques instants plus tard et il m'a tout de suite reconnue! Cette fois cependant, nous ne parlions qu'en japonais, alors qu'auparavant nous ne communiquions qu'en anglais. Daisuke est un professeur d'anglais et donc son anglais est vraiment bon.

Vincent - 03.jpg

Daisuke et sa fille de trois mois, Mirei.

Reiko nous a alors suppliés de nous asseoir alors qu'elle commençait à servir les plats. Et comme d'habitude, ses plats étaient aussi copieux que délicieux. C'était vraiment étrange, car tout était en japonais. Bien que je n'aie pas tout compris, j'ai pu comprendre la majorité de la conversation et même certaines blagues. J'ai également reçu quelques cadeaux de Reiko et Shigenori.

Vincent - 04.JPG
Vincent - 05.JPG

Daisuke nourrit Mirei, sous le regard attentif de Shuko.

Le repas était exquis! Ouais, vous devriez être jaloux!

Vincent - 06.JPG

Le gâteau. C’était écrit « Joyeux Noël ».

Après le dîner, la femme de Reiko et Daisuke ont commencé à chanter des chansons de Noël, et la femme de Daisuke a même joué du piano! C'était drôle d'entendre des chants de Noël en japonais, mais j’ai bien aimé ça et cela m'a fait réaliser que cette période folle du temps des fêtes peut affecter les gens, le monde et la vie.

Vincent - 07.JPG

La musique rend tout le monde heureux!

Vincent - 08.JPG

Mirei chan a eu une longue journée.

Après cela, Reiko a insisté pour que je joue quelques chansons à la guitare. Je n’avais pas joué depuis un certain temps, mais j'ai réussi à faire quelques chansons. Le bébé dormait donc j'ai essayé de ne pas jouer fort et pour ceux qui savent comment je joue de la guitare, c'est rarement à faible volume. Mais de toute façon, c'était génial de jouer et je pense qu'ils ont apprécié.

 

Yoshiki, leur plus jeune fils, est ensuite arrivé à la maison alors que je m'apprêtais à partir. Comme son frère Kenzo, il doit se préparer aux prochains examens d'entrée à l'université. Pour ce faire, de nombreux étudiants japonais du secondaire choisissent d'aller dans des écoles du soir privées et préparatoires spécialisées pour ce type d'études après les heures normales de classe. Nous savions donc qu'ils rentreraient tous les deux tard. Bientôt, Daisuke et moi étions sortis de la maison puisqu'il avait gentiment accepté de me reconduire à la gare. Mais alors que nous arrivions à la voiture, Kengo est apparu sur son vélo! J'ai donc pu voir tout le monde ce jour-là!

 

Après avoir fait nos adieux, nous sommes partis pour la gare. Quelques instants plus tard, je prenais le train pour rentrer à la maison.

Liste de tous les articles de.jpg