en-tête.jpg

Les enfants de Yuki, après deux ans d’université au Manitoba, ont chacun à leur tour, à trois ans d'intervalle, consacré une année entière à étudier le japonais à l’Université Tokai au Japon et à s’entraîner avec son réputé club de judo, les deux, de façon intensive. Nous vous présentons les écrits combinés de leur journal de bord respectif, lesquels seront parfois émaillés de notes rétrospectives et d’échanges sur leur expérience.

15 janvier 2015

Une deuxième blessure

Photo_portrait_pour_demande_arrangée.jpg

Le 5 janvier, vers la fin du premier entraînement de judo de l'année, j’étais apparié avec un judoka du club plus lourd et plus fort que moi, quand quelque chose d'inattendu s'est produit pendant le combat. Je me faisais jeter violemment sur le tapis, mais je m'en fichais parce que

j'apprenais de lui et c'était un bon entraînement. Soudain, j'ai attrapé son pied en faisant un balayage du pied et j'ai presque tiré dessus. Un peu plus confiant, je me suis levé et j'ai fait face à mon adversaire. J'ai avancé ma main droite pour arrêter sa prise élevée, mais il a réussi à me plier. Juste à ce moment-là, il a reculé un peu, et je savais qu'il allait faire un lancer, alors je me suis préparé à l'arrêter. À cause de cela, j'ai fini par être très loin de lui quand il a lancé, et j'ai bloqué le lancer (uchi-mata gauche) en atterrissant sur mon genou gauche. Cela en soi aurait été bien, sauf que ce que font les combattants de Tokai, c'est qu'ils explosent encore plus à ce moment-là. Alors qu'il tirait le haut de mon corps, je n'ai pas eu le temps de changer la position de ma jambe et j'ai été forcé dans une position trop étendue. J'ai ressenti une petite déchirure à la hanche et une douleur aiguë au genou. J’ai crié de douleur. Au début, mon partenaire ne s'est pas rendu compte que j'avais mal, pensant que je criais juste de défaite. Mais au bout d'un moment, il a commencé à me demander ce qui n'allait pas.

Le temps s’est figé quelques instants. Je me suis recroquevillé dans une position de crevette, tout mon corps frissonnant, craignant le pire. Je ne pouvais pas penser, je ne savais pas quoi faire. Soudain, je l'ai entendu me demander ce qui n'allait pas. Évidemment, j’étais blessé. Bientôt, d'autres gens sont venus m'entourer. Ensuite, ils m'ont ramassé et m'ont transporté hors des tapis. J'ai été placé sur une civière et on m'a donné de la glace. Mon adversaire m'a juste demandé ce qui s'était passé et il est parti peu de temps après pour retourner à l'entraînement.

Je me suis vraiment détesté à ce moment-là. Pourquoi n'ai-je pas simplement accepté la chute? Je savais que cette blessure n'était pas aussi simple que la précédente. Yasuhiro Yamashita sensei est venu me voir, puisque je souffrais il m'a demandé ce qui n'allait pas. Je lui ai expliqué ce qui s'était passé et il a maladroitement touché ma zone blessée, puis s'est éloigné. L'un des entraîneurs a eu la gentillesse de me montrer quelques exercices sur la façon d'aider ma jambe à guérir une fois qu'elle serait assez forte pour bouger, mais qui sait quand elle le sera...?


J'ai perdu beaucoup d'espoir ce jour-là. Je ne comprenais pas pourquoi c'était arrivé. J'ai vraiment fait de mon mieux pour suivre les entraînements et même si je me fais plaquer au sol toute la journée, je me motive à rester combatif.

J'ai appelé mon ami Chipa afin qu'il puisse m'aider à retourner au dortoir parce que je savais que je n'en serais pas capable tout seul. Lorsque nous sommes arrivés, j'ai rajouté de la glace sur ma jambe. J'ai mis de la glace au moins six fois ce jour-là. J'ai appelé ma sœur et je lui ai dit ce qui s'était passé. Elle m'a donné quelques conseils supplémentaires sur ce qu'il faut faire et ne pas faire.

Je suis allé me coucher, complètement dévasté, ma jambe surélevée sur mon oreiller.

Le lendemain, je boitillais pour me rendre à mes cours. Beaucoup de gens m'ont demandé ce qui n'allait pas, et je ne peux pas les blâmer : ma démarche était ridicule. Ma jambe me faisait très mal. Une de mes amies, Valentina, l'a remarqué et m'a suppliée d'aller à l'hôpital et m'a même proposé de m'accompagner. Alors après l'école, elle m'a aidé à boiter jusqu'à la gare routière, à monter dans le bus, à descendre du bus et à entrer dans une clinique près de la gare, où elle était allée quand elle s'était cassé la rotule il y a quelques mois.

Après avoir attendu quelques minutes et rempli les papiers nécessaires, nous avons boité pour aller rencontrer le médecin. Il pouvait voir que je souffrais beaucoup. Après quelques tests, son diagnostic était une déchirure au 2ᵉ degré du LCI (ligament collatéral interne). Il m'a alors recommandé d'utiliser un support. J'ai essayé, mais cela ne semblait m’offrir aucune protection. Sa deuxième recommandation était de plâtrer. Je n'avais jamais eu de plâtre et j'étais donc un peu hésitant. J'ai appelé ma sœur pour lui demander son avis, mais il était environ 1 h du matin au Canada, donc elle dormait. Après quelques minutes de mûre réflexion, j'ai pris une décision.

C'était la première fois que je voyais comment on pose un plâtre. Une chose que je dois dire au sujet des médecins ici, c'est qu'ils sont... différents de ceux du Canada. Ils étaient environ quatre autour de moi, deux tenant ma jambe et la bougeant trop rapidement à mon goût. J'avais tellement peur que quelqu'un trébuche dessus ou la laisse tomber, ou quelque chose comme ça. Ils ont placé un tissu sur ma jambe et le médecin l'a moulé sur ma jambe. J'ai dû attendre un peu que le tout sèche, la jambe placée sur un tabouret.

Valentina était à mes côtés, et j'étais reconnaissant de sa présence. Mais je n'ai pas pu m'empêcher de verser quelques larmes. Je devrais porter ce truc pendant deux semaines, et au total, mon rétablissement complet prendrait jusqu'à trois mois...

Après avoir payé les factures et pris des béquilles, je suis sorti de là en boitant. C'était vraiment difficile d'utiliser les béquilles. J'ai cherché la bonne manière plus tard sur YouTube, juste pour être sûr. 

10906468_10205322640764006_7383632047639501022_n.jpg

Première fois que je porte un plâtre.

15 janvier : Cela fait maintenant une semaine et deux jours que je me suis blessé. Mardi dernier, le 13 janvier, je suis retourné voir les médecins et leur ai demandé de retirer le plâtre, parce que quand ma sœur a appris au sujet du plâtre, elle était un peu sceptique et m'a dit qu'il valait mieux que j'utilise ma jambe. Par conséquent, j'ai d'abord utilisé ma jambe dans le dortoir, et deux jours plus tard, je n'utilisais plus les béquilles. Le plâtre mettait BEAUCOUP de pression sur différentes zones de ma jambe, et j'ai dû prendre des analgésiques, ce que je ne fais jamais. Mais je savais que plus tôt je commencerais à utiliser ma jambe, plus tôt je guérirais.

Le médecin a utilisé un outil qui ressemble à un cutter, mais qui ne fait que fondre et couper le plâtre. Une fois le plâtrage retiré, ma jambe était tellement faible, ça me faisait peur. Cela me démangeait beaucoup et, alors que j'essayais de la plier, elle tremblait de manière incontrôlable. J'ai même commencé à regretter ma décision. Après avoir bandé ma jambe, je suis parti. J'ai rappelé Chipa pour qu’il vienne m'aider à marcher afin d'aller trouver l'hôpital du club de judo, car mon père m'avait recommandé d'y aller. J'ai oublié où j'étais allé la dernière fois, et donc nous nous sommes beaucoup promenés avant d'appeler Mᵐᵉ Mitsumoto pour obtenir son aide. Il nous a fallu encore 20 minutes pour s’y rendre.

Une fois sur place, j'ai consulté le Dʳ Miyazaki et il a opté pour une plus petite orthèse, il m'a aussi donné quelques conseils. J'étais reconnaissant à Chipa d'être là parce que même avec l'orthèse, pour le reste de la journée, ma jambe était très faible.

Aujourd'hui (15 janvier) : Ma jambe devient de plus en plus forte. Je peux maintenant descendre et monter les escaliers. Ma démarche se rapproche de plus en plus de la normale, mais je ressens encore parfois des douleurs aiguës lorsque je fais un faux pas. Hier, je suis allé au dojo pour dire bonjour et commencer ma rééducation. J'ai d'abord marché avec mon orthèse, puis sans, pour réhabituer ma jambe à marcher. Après cela, j'ai passé une demi-heure à plier et à déplier lentement ma jambe. Ça faisait terriblement mal, et elle tremblait beaucoup. Ensuite, j'ai terminé la séance avec des tractions et des pompes. Après avoir mangé, j'ai appliqué de la glace sur ma jambe pour la laisser refroidir. Aujourd'hui déjà, je vois que les efforts d'hier ont payé. Comme je l'ai déjà dit, je peux maintenant descendre les escaliers, ce qui est tout un défi, car cela m’oblige à plier la jambe à un certain degré.

L'espoir est là, mais je sais que cela prendra du temps, donc je ne me précipite pas. Je ne vois aucune raison de ne pas sourire. Après tout, je peux encore étudier et parler avec mes amis donc inutile de perdre du temps à me plaindre!

Remarque : Ma famille m'a tellement soutenu que c'en est fou. Ma « tante » est venue de Tokyo pour me rendre visite pendant seulement 10 minutes, car elle était inquiète. De plus, de nombreux amis m'ont beaucoup soutenu, et je tiens à vous remercier!

Liste de tous les articles de.jpg