39714212_s.jpg

Un oiseau dans ma cour

Ces paroles inspirées de lectures, de rencontres, de réflexions et de sa propension à jeter un regard critique sur la société qui l'entoure, Guy les offre aux créateurs de musique à la recherche de textes significatifs.

« La chanson… c’est un vivant petit oiseau sensible et intelligent dont l’univers est la cour, il connaît et ressent tout mais en petit, c’est très parent avec le conte et la fable. » – Félix Leclerc

Le temps de partir

« Si un jour nous vivons
Dans un monde nouveau
Se pourrait-il qu’au vocabulaire
On bannisse le mot PERDRE?
Je n’ai pas l’humilité nécessaire
L’humilité requise pour ne pas mal PERDRE »

– Daniel Bélanger (Perdre - de son album Paloma)

« La raison d’être de la mort, c’est de faire place à la vie :
Le bouton éclate pour donner la fleur
La fleur s’étiole pour donner la semence
La semence pourrit pour la germination
Perpétuel mouvement de la mort et de la vie, d’obscurité et de lumière ».

– Jean Monbourquette (Aimer, Perdre, Grandir)
 

Il y a cinq ans, ma mère nous quittait à l’âge vénérable de 94 ans. Pour un autre monde? Pour se fondre au néant? Pour s’éteindre et ne plus être tout simplement? Je n’en sais rien…

Je sais cependant qu’elle m’a laissé ce qui compte le plus pour aborder la vie avec philosophie : une volonté de vivre, un désir d’aimer, bref, ce qu’il me faut pour toucher un coin du ciel tout en ayant les deux pieds bien posés au sol. De ce petit boom boom qui résonnait au milieu de son corps émergeait quelque chose comme une aptitude au bonheur…

Le temps de partir

Elle était encore là

À bercer ses souvenirs

Le siècle sur les bras

La mort dans la mire

Puis un jour de temps froid

N’en pouvant plus de vieillir

Son corps lui rappela

Qu’il était temps de partir

 

Le temps de partir

Pour ne plus revenir

Ne plus revenir

 

Sans elle la maison

À son tour expirait

Étranges émotions

Que celles qui dormaient

Sous les vieux édredons

Et parmi tant d’objets…

Abondante moisson

De bonheurs, de regrets

 

La maison était vide

Nos mémoires… fatiguées

Ne restaient que des bribes

De nos lointains passés…

Puis retour impassible

À nos vies occupées

Mais elle, invisible,

Habite nos pensées

 

Le temps de partir

Pour ne plus revenir

Le temps de partir…

Et de laisser partir

© L’utilisation des textes se fait avec la permission de l’auteur.
Veuillez écrire à Guy Pilote à pilote.guy@gmail.com.
TEXTE PRÉCÉDENT.jpg
Un oiseau dans ma cour vignette.jpg
TEXTE SUIVANT.jpg