« Depuis le tout début de la crise COVID-19, à chaque trois-quatre jours, je me sens comme si le sol se dérobait sous moi. J’entends sans cesse que « nous sommes tous dans le même bateau », mais je me sens tellement seul et anxieux tout le temps. Comment puis-je retrouver un sentiment de bien-être et de stabilité? »

Retrouver la stabilité

Bien des gens peuvent s’identifier à cette impression de perdre pied, ces jours-ci. Les humains sont conditionnés pour la sécurité et la stabilité, ce n’est donc pas surprenant qu’en ces temps d’incertitude à l’échelle de la planète et des changements constants que cela entraîne dans nos vies, que nous ayons le sentiment de perdre nos assises. Ceci a un impact majeur sur notre bien-être et notre sentiment de sûreté et de sécurité, deux besoins humains fondamentaux.

 

Les médias ont véhiculé une quantité appréciable de renseignements sur les soins personnels et la santé mentale, ce qui est une bonne chose et peut offrir un appui fort apprécié à ceux qui ont de la difficulté. Ce qu’on doit garder à l’esprit est que le bien-être va au-delà de l’aspect « mental ». On doit aussi cultiver notre aspect physique, émotionnel et spirituel pour se sentir complet et équilibré.

Aspect physique

 

En tant qu’êtres physiques, nous avons besoin de nourriture, de repos, d’eau et d’exercice.

Absorbez-vous suffisamment d’aliments nutritifs? Combien de sucre et de produits alimentaires transformés consommez-vous?

Ces types de nourriture peuvent être plaisants à manger, mais entraînent souvent un effondrement, perturbant ainsi votre énergie et votre humeur.

Autorisez-vous votre corps à se reposer quand il en a besoin?

Il est courant de se sentir épuisé en temps de crise, donc reposez-vous et dormez autant que vous en avez besoin sans vous sentir coupable ou paresseux.

Buvez-vous suffisamment d’eau?

Le manque d’eau peut affecter votre niveau de motivation et d’énergie,  et vous faire sentir la faim alors qu’il s’agit en fait de votre soif. Essayez de boire huit verres par jour.

Êtes-vous actif physiquement?

Des recherches ont démontré que faire de l’exercice physique régulièrement peut être aussi bénéfique que de prendre des psychotropes (veuillez prendre note : ceci ne constitue pas un avis médical, consultez toujours votre médecin en ce qui a trait aux médicaments). Essayez de marcher pendant 10 minutes tous les jours, préférablement dans la nature. La nature calme les nerfs fragiles et vous aide à vous sentir connectés. Si vous n’avez jamais essayé le yoga, jetez un coup d’œil aux cours offerts en ligne de yoga régénérateur. Contrairement à la croyance populaire, vous n’avez pas besoin d’être flexible pour faire du yoga. C’est une façon douce pour se connecter à son corps et ça permet de calmer le système nerveux. Prenez soin de votre corps physique : portez des vêtements confortables, relaxez dans un bain ou pelotonnez-vous sur le sofa dans une couverture douillette. Enfin, réduisez votre usage de l’alcool comme mécanisme compensatoire. L’alcool est un dépresseur et peut en fait aggraver les sentiments d’anxiété et de dépression ainsi que l’humeur maussade.

Aspect émotionnel

 

Je ne sais pas pour vous, mais moi je me suis sentie confuse émotionnellement au cours des dernières semaines. J’ai ressenti de la peur, de l’anxiété, de l’irritabilité, de la joie, de la peine… parfois en l’espace de quelques minutes on dirait. Même si cela peut vous donner l’impression que vous perdez la tête, c’est NORMAL de se sentir un peu bizarre. Peu importe les circonstances, nous faisons tous face à des changements majeurs dans notre vie.

Avez-vous un moyen d'exprimer vos émotions?

Écrire un journal, pratiquer un art, faire de l’exercice, parler à un ami, caresser un animal de compagnie, lire, etc. peut être utile pour régulariser ses émotions. L'important, c’est de se rappeler que vous n’êtes pas vos émotions, ce sont des modèles énergétiques qui se déplacent dans votre corps et qui ont simplement besoin de passer. Notez ce qui entre et donnez-leur l’espace pour être là le temps qu’elles ont besoin d’y être. Elles vont passer à moins que vous essayiez de les étouffer ou de les nier. L’humour aussi est très important pour le bien-être.

À quand remonte la dernière fois que vous avez ri?

Si ça fait un bout de temps, faites un effort pour rire. Regardez un film comique, allez sur Internet et recherchez des vidéos ou des mèmes sur YouTube. Le rire libère des substances chimiques de bien-être dans votre corps et vous revitalise instantanément.

Aspect mental

Entendez-vous la petite voix dans votre tête?*

Elle est constamment en état de crise qu’il y ait réellement ou non une crise et en des temps comme celui-ci, elle peut être en mode suractivée. Les êtres humains ont des préjugés envers la négativité, ce qui sert à nous protéger et à assurer notre survie. Pourtant, cela peut aussi être préjudiciable à notre bien-être quand nous sommes incapables de la « l’éteindre ». Saviez-vous que nos corps réagissent physiquement à nos pensées, comme si nos pensées étaient la réalité? Cela peut entraîner de l’essoufflement, un estomac noué, une augmentation du rythme cardiaque et d’autres sensations physiques. Essayez de créer un écart entre vos pensées, d’interrompre le flux de bavardage mental. On a prouvé que la méditation est une façon efficace de gérer les pensées anxieuses. Engagez-vous à faire de la méditation tous les jours durant une semaine (Allez voir les conseils et les applis en ligne pour trouver une méthode qui vous convient le mieux.) et voyez comment vous vous sentez. Vous n’êtes pas prêt à méditer? Essayez d’être attentif à l’endroit où vous dirigez votre énergie mentale et voyez si elle peut être dirigée d’une façon plus productive, par la lecture, l’écriture, la résolution de casse-tête, etc. Ces activités possèdent des vertus associées à la méditation et peuvent conjurer le bavardage. Répliquer à la voix peut être aussi utile : pour chaque pensée négative qui entre, « répliquez » (à voix haute ou dans votre tête) et mettez-la au défi avec deux choses pour lesquelles vous êtes reconnaissant. Un journal de gratitude peut aussi être transformateur : essayez d’y inscrire trois à cinq choses quotidiennement. Cela permet de changer votre point de vue, de voir les choses sous un angle différent.

 

Aspect spirituel

Quelle est votre connexion avec quelque chose de plus grand que vous?

Pour certains, c’est la religion ou d’autres pratiques spirituelles spécifiques (cérémonies, prières), alors que pour d’autres cela peut être simplement le sentiment de faire partie d’une communauté, d’être dans la nature ou de donner un sens à sa vie. En plus de nos besoins physiques, nous avons besoin de contacts et de sens.

Qu’est-ce qui nourrit votre esprit? (Ou « âme » ou « moi supérieur » ou n’importe quel mot qui vous interpelle.)

Comment pouvez-vous combler votre besoin de connexion? Nous avons tous un but dans la vie et nous avons les capacités pour le réaliser.

Que pouvez-vous offrir?

Il peut s’agir de faire un don à une cause qui vous tient à cœur, de faire des commissions pour des voisins, de faire du bénévolat dans la communauté, d’écrire un blogue… les exemples sont infinis. Ce qui importe, c’est que cela vous fasse sortir de votre « moi » et vous connecte sur votre situation globale. Portez attention à ces moments dans la vie où vous vous sentez connecté, déterminé, heureux, et trouvez des façons d’inclure davantage ces moments-là dans votre vie.

Suite à votre lecture de ce texte, avez-vous remarqué un aspect de votre bien-être qui pourrait profiter d’un peu d’attention? Essayez quelques-unes des suggestions et voyez si elles apportent des améliorations. Rappelez-vous d’être patient avec vous-mêmes, de nouvelles habitudes prennent du temps à assimiler et à intégrer. Ajouter des pratiques saines à votre vie quotidienne vous aidera à naviguer au cours des prochaines semaines et mois avec un peu plus de paix et d’enracinement. Et le monde en a certainement encore plus besoin.

* Pour plus de renseignements au sujet de la « voix », je vous recommande fortement la lecture de L’Âme délivrée :
Un voyage par-delà  vous-même
de Michael A. Singer.

Liste_de_tous_les_articles_de_Vers_l'ép