Irène Bohémier

En sourdine

Irène Bohémier

Depuis mon enfance la musique fait partie de ma vie. Mon enseignante de piano, Sr Thérèse Dion, m’a encouragé à continuer mon éducation en musique après le secondaire et j’ai obtenu mon baccalauréat en musique à l’Université du Manitoba en 1984. Grâce à mon enseignante de piano, Mme Sidney McInnis du Manitoba Conservatory of Music and Arts, j’ai obtenu mon diplôme ARCT en 1987. Après avoir donné des cours de piano à domicile pendant plus de 20 ans et pris un petit contrat d’enseignement dans une école à Lorette, la directrice Patricia Danylchuk m’a encouragé à retourner aux études afin d’obtenir mon baccalauréat en éducation au Collège universitaire de Saint-Boniface et enseigner dans les écoles.

Entre-temps, j’ai cofondé la chorale Seine Singers (un groupe de femmes), et été accompagnatrice au piano, dans ma communauté durant une douzaine d’années. De plus, j’ai pris des leçons de flûte traversière avec Honor Gouralak et fait partie de New Horizons Band, à Winnipeg, en tant que flûtiste. Maintenant à la retraite, je fais partie d’un groupe de femmes flûtistes, Flutes by the Score, dirigé par Monica Bailey. En réfléchissant à mon parcours musical, je réalise que mes professeurs étaient toutes des femmes et qu’elles m’ont encouragée tout au long de mon apprentissage et qu’en plus, elles ont grandement enrichi ma vie personnelle.

 

Il n’y a pas si longtemps, une de mes anciennes élèves m’a demandé pourquoi toute la musique qu’on jouait était composée par des hommes. Pourquoi en effet?

Et voilà que Jacinthe, une autre femme motivée et talentueuse, me demande d’écrire au sujet des femmes en musique pour Le Nénuphar… quel privilège!

Liste de tous les chroniqueurs.jpg